Soutien aux déplacés au Centre-Nord : Alassane Bala Sakandé offre 150 tonnes de vivres

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a échangé, les 19 et 20 juin 2020 à Kaya, avec les maires, les forces de défense et de sécurité et l’administration publique du Centre-Nord sur l’insécurité. Il a fait don, à l’occasion, de 150 tonnes de vivres aux 687 275 personnes déplacées internes de la région.

La solidarité et la compassion de l’Assemblée nationale aux populations des régions fortement touchées par les attaques terroristes au Burkina Faso se poursuivent. Le chef du Parlement burkinabè, Alassane Sakandé et sa délégation étaient, les 19 et 20 juin 2020 à Kaya, chef-lieu de la région du Centre-Nord, où ils ont échangé avec les élus, les Forces de défense et de sécurité (FDS) ainsi que les autorités administratives sur la problématique de l’insécurité dans cette région. A cette occasion, le directeur régional de la solidarité, de la famille et de l’action humanitaire du Centre-Nord, Yacouba Ouédraogo, a animé une communication sur « les efforts du gouvernement dans la prise en charge des Personnes déplacées internes (PDI) ». Il a indiqué que les attaques ont entraîné des déplacements massifs de populations à l’intérieur de la région, dont le nombre est estimé présentement à 687 275 personnes. Parmi ces PDI, on dénombre majoritairement des enfants, des femmes et les communes les plus touchées par le phénomène sont entre autres, Barsalogo, Dablo, Foubè, Pensa et Pissila. Le communicateur a loué les efforts du gouvernement et des partenaires intervenant dans le domaine humanitaire pour assurer une prise en charge des PDI. Prenant la parole par la suite, certains maires ont dénoncé une « mauvaise » distribution des vivres qui ne favorise pas le retour des PDI.

« La distribution des vivres est centralisée à Kaya le chef-lieu de la région, alors qu’il y a des PDI dans les autres communes. C’est la raison pour laquelle certaines familles ne veulent pas bouger d’un iota », a indiqué le maire de Pissila, Wendata Sawadogo. Un avis partagé par le commandant du secteur Sud du Groupement des forces pour la sécurisation du Centre-Nord, le chef d’escadron Mahamady Sawadogo, qui a renchéri : «Si les familles des PDI ne veulent pas retourner dans leurs localités d’origine, c’est moins par crainte des attaques terroristes que du manque de vivres. Il préfèrent rester là où ils peuvent avoir les vivres ». Réagissant, le directeur régional en charge de l’action humanitaire, Yacouba Ouédraogo, a fait savoir qu’une cartographie de villages où les PDI sont retournées dans leurs localités d’origine n’est pas encore disponible.

« Lorsque nous aurons à affaire à ces cas, nous allons travailler avec l’appui des FDS pour accompagner ces DPI avec des vivres. Mais ces actions doivent être planifiées en avance. Dans notre schéma de communication, nous avons prévu prendre en compte tous ces aspects, car on ne peut pas encourager une personne à rejoindre sa localité si la question alimentaire n’est pas réglée », a dit M. Ouédraogo. Il a fait observer qu’en plus des déplacements préventifs, il y a des déplacements forcés où les gens ont fui, abandonnant leurs unités économiques, leurs biens matériels, leurs terres cultivables et se sont retrouvés dans le dénuement total. Face à cette situation très préoccupante, le président de l’Assemblée nationale a fait don sur place de 150 tonnes de vivres composés de maïs, de riz, de sorgho et de petit mil aux PDI. Auparavant, Alassane Bala Sakandé a demandé aux élus du Centre-Nord de taire leurs divergences de quelque nature que ce soit afin de défendre la patrie attaquée par les malfaiteurs. Le gouverneur du Centre-Nord, Casimir Segueda a salué une rencontre porteuse d’espoir.

Beyon Romain NEBIE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.