Annulation du Hadj 2020 : Le ministre Siméon Sawadogo donne des éclaircissements

Selon le ministre en charge du culte, Siméon Sawadogo (micro), les Burkinabè résidant au pays, ne peuvent pas prendre part au Hadj 2020.

Le comité de suivi du Hadj 2020 a animé une conférence de presse pour annoncer l’annulation du pèlerinage pour les Burkinabè non résidant au sein du royaume de l’Arabie Saoudite, le vendredi 26 juin 2020, à Ouagadougou.

Pour la première fois dans l’histoire, il y aura une année sans pèlerinage musulman, aux lieux saints de l’islam en terre d’Arabie Saoudite pour les Burkinabè non résidant. En effet, les dirigeants du royaume wahabite ont demandé au gouvernement burkinabè de suspendre cette année, les opérations du Hadj ou grand pèlerinage, en raison de l’épidémie de coronavirus qui sévit dans le monde.

Par conséquent, à la suite de cette décision prise par les autorités saoudiennes, le Burkina Faso a décidé que tous les inscrits du Hadj 2020 doivent être considérés comme prioritaires pour l’édition 2021. Les sommes déjà versées doivent aussi être sécurisées dans les agences au niveau du comité de suivi du Hadj. L’information a été donnée aux journalistes au cours d’une conférence de presse, le vendredi 26 juin 2020 à Ouagadougou. Selon le ministre d’Etat, de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, dès l’apparition de la COVID-19, les autorités saoudiennes ont en fin février 2020, suspendu la Oumra ou petit pèlerinage.

Puis en mars dernier, ces derniers ont demandé aux pays signataires des conventions du Hadj 2020, de patienter et de ne pas prendre de nouveaux engagements jusqu’à nouvel ordre, a-t-il indiqué. C’est ainsi que par le biais de son ambassade au pays des Hommes intègres, une note verbale en date du 22 juin dernier, le gouvernement burkinabè a été informé que cette année, le Hadj se tiendra, avec la participation d’un nombre très limité de pèlerins de diverses nationalités résidant déjà en Arabie Saoudite, a regretté, le ministre Siméon Sawadogo.

Toujours selon le ministre, fort de cette décision finale du royaume saoudien sur la tenue du cinquième pilier de l’islam, le Burkina Faso a pris acte de la décision. Il a également invité les acteurs en charge de la supervision et de l’organisation du Hadj 2020 à s’y conformer. A l’entendre, le gouvernement burkinabè a exprimé sa solidarité avec le royaume en cette circonstance difficile et lui a apporté son soutien. En termes de mesures conservatoires, il a invité tous les acteurs concernés à réajuster leurs programmes et prévisions face à cette nouvelle situation.

Dans cette lancée, Siméon Sawadogo a annoncé que plusieurs mesures sont envisagées. Il s’agit de la prise en considération des inscrits du Hadj 2020 comme étant prioritaires pour le pèlerinage 2021. Pour y parvenir, la plateforme d’inscription du comité de suivi doit être activée pour établir la liste définitive des prétendants au Hadj 2020 avant la fête de l’Aïd El Kebir (Tabaski). Outre cela, il a ajouté que les sommes déjà versées doivent être sécurisées dans les différentes agences au niveau du comité de suivi du Hadj. Par ailleurs, il a souligné que la liste des agences de voyages agréées sera publiée officiellement.

Valentin KABORE
(Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.