Coopération Burkina – Japon L’ambassadeur : Tomatsu Ikezaki fait « ses adieux »

L’ambassadeur du Japon, Tomatsu Ikezaki, a traduit sa gratitude envers le gouvernement burkinabè ….

Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération a organisé, le vendredi 26 juin 2020 à Ouagadougou, une cérémonie d’au revoir en l’honneur de l’ambassadeur du Japon au Burkina, Tomatsu Ikezaki, en fin de mission.

Après 40 ans de carrière diplomatique et trois années de collaboration au pays des Hommes intègres, l’ambassadeur du Japon au Burkina, Tomatsu Ikezaki, est en fin de mission. Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération a initié, à cet effet, une cérémonie d’au revoir, le vendredi 26 juin 2020 à Ouagadougou, pour rendre hommage au diplomate japonais.

Selon le ministre en charge des affaires étrangères, Alpha Barry, M. Ikezaki est « un grand ami du Burkina Faso ». Car, a-t-il souligné, il a travaillé de manière intense pendant trois années dans le cadre de la réalisation des projets de développement. Le chef de la diplomatie burkinabè a rappelé, dans le même ordre d’idée, que le diplomate nippon a œuvré au renforcement de la coopération entre son pays et le Burkina Faso.

Sur ce point, il a salué les efforts qu’il a consentis durant son mandat. Une période, a-t-il confié, qui a permis au Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, d’effectuer une visite au pays du Soleil-Levant. Le ministre Barry a, en outre, évoqué les moments forts et l’excellence des relations nippo-burkinabè. L’ambassadeur du Japon, Tamotsu Ikezaki a témoigné, pour sa part, sa gratitude au gouvernement burkinabè pour cette « solide » amitié. A l’entendre, près de 100 milliards F CFA ont été mobilisés en trois ans.

« Nous avons été résilients »

Cette cérémonie d’au revoir a connu la présence de certains membres du gouvernement.

Un financement, a-t-il mentionné, qui a consisté à soutenir le Plan national de développement économique et social (PNDES). Ce fonds a aussi permis, a-t-il ajouté, de soulager les personnes vulnérables. Il a remercié, de ce fait, les organisations internationales qui ont facilité l’accès à ces zones à défi sécuritaire. La contribution de l’empire du Soleil-Levant, a-t-il relevé, a concerné les secteurs-clés de l’éducation, de la santé, de l’agriculture et de la sécurité.

Il a ajouté qu’elle s’est renforcée à travers l’humanitaire, l’innovation dans la construction d’infrastructures routières et l’introduction de l’énergie solaire en milieu rural. Ainsi, a-t-il cité, la réalisation d’infrastructures éducatives à hauteur de 8 milliards, l’élargissement de la rocade sud-est du boulevard Tensoba à Ouagadougou, la sécurité alimentaire par le soutien aux microprojets, le projet Do-Noh et le projet de construction de la route Gounghin-Fada. Quant au bilan exhaustif de ces années de collaboration « franche », a-t-il dit, il est laissé à l’appréciation des bénéficiaires. « Mon séjour a été encadré par le segment terrorisme-COVID-19. Malgré ce contexte éprouvant, nous avons été résilients », a fait savoir le diplomate japonais. Au cours de la cérémonie, Tomatsu Ikezaki a été fait officier de l’Ordre de l’étalon.

W. Aubin NANA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.