Campagne contre la poliomyélite au Centre-Est : l’accompagnement des journalistes sollicité

En prélude au lancement de la campagne de vaccination contre la poliomyélite, qui se déroulera du 3 au 8 juillet 2020, la Direction régionale de la santé du Centre-Est a échangé le vendredi 26 juin 2020, à Tenkodogo, avec les journalistes de la région pour solliciter leur accompagnement.

Recueillir la bonne information pour pouvoir bien la relayer auprès des populations de la région est l’objectif visé par la rencontre avec les journalistes du Centre-Est. L’exposé sur le rôle et place des médias dans la communication et la promotion des programmes de santé, cas de la poliomyélite, a retenu le plus l’attention des journalistes. Cette rencontre fait suite, entre autres, à une alerte donnée en janvier 2020 par l’OMS, d’un cas confirmé de poliomyélite sur un enfant burkinabè et du renforcement du dispositif mis en place pour mener à bien cette campagne de vaccination contre la poliomyélite, prévue pour se dérouler du 3 au 8 juillet 2020 et va concerner les enfants de 0 à 5 ans. Ce qui justifie aussi la présence au Burkina Faso, des consultants de l’OMS et de l’UNICEF pour accompagner les services de santé dans la recherche des cas de poliomyélite et des autres maladies à potentielle épidémique.

Devenu un problème de santé publique majeure, dont des cas confirmés de polio ont été enregistrés au Centre et au Centre-Nord, le ministère de la Santé a décidé d’organiser, la 3e campagne de vaccination contre la poliomyélite. La stratégie appliquée pour cette campagne est le porte en porte, dans les marchés et les gares routières, où les agents vaccinateurs passeront pour administrer les vaccins. «On a décidé d’y aller tout en observant un certain nombre de mesures de restrictions sociales physiques telles que le port des masques, l’utilisation du gel hydroalcoolique ou le lavage des mains pendant la vaccination et enfin, la formation des agents vaccinateurs sur le respect et la sensibilisation sur toutes ces mesures», a indiqué le Directeur régional de la santé (DRS) du Centre-Est, Dr Souleymane Kaboré. Et de préciser que cette rencontre vise à permettre aux journalistes, à avoir une meilleure connaissance de la poliomyélite. Le DRS Kaboré a dit attendre des médias de la région, qu’ils soient des relais auprès des populations. Car, même si techniquement les agents de santé ont l’information, ils ne sont pas outillés à communiquer.

Il a ensuite présenté la poliomyélite comme une maladie très contagieuse provoquée par un virus qui envahit le système nerveux, peut entraîner une paralysie totale en quelques heures, touche principalement les enfants de moins de 5 ans. Appelée maladie «des mains sales», la poliomyélite est une maladie due au péril fécal (transmise principalement par les selles directement par les mains sales ou à travers l’eau ou aliments contaminés). «Depuis sa déclaration en janvier 2020 dans la région, les infirmiers-chefs de poste et les équipes-cadres ont vu leurs capacités renforcées à travers des séances d’orientation, de supervisions préventives et la mise en place d’outils de collectes de données appelées Open data kit (ODK)», a indiqué Dr Kaboré. Des outils qui ont permis, selon lui, de rechercher rapidement les cas suspects de poliomyélite, de faire des prélèvements de selles pour la confirmation et notifier les cas dans le système de routine. C’est dans ce contexte que le ministère de la Santé, à travers la Direction de la prévention par la vaccination (DPV) et avec l’appui de l’UNICEF, a bien voulu à travers cette rencontre d’informations, présenter aux journalistes la situation de la maladie, mettre à leur disposition les informations justes afin que les messages qui seront véhiculés dans la presse soient des messages couronnés de la réalité de terrain et surtout d’accueillir leurs préoccupations.

Bougnan NAON
naon_2012@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.