Proposition de report des législatives: l’opposition et la majorité rejettent l’idée

Des partis de la majorité et de l’opposition ont, au cours d’une rencontre du comité de suivi du dialogue, rejeté la proposition de report des élections législatives faite par l’Assemblée nationale dans un rapport remis au président du Faso.

Les élections présidentielle et législatives doivent être maintenues pour le 22 novembre prochain, contrairement à une recommandation de l’Assemblée nationale qui souhaite le découplage des législatives et son report en 2021. C’est la conclusion à laquelle sont parvenus l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité (APMP) et le Chef de file de l’opposition (CFOP), le vendredi 10 juillet 2020, à l’issue d’une rencontre du comité de suivi du dialogue politique, sous la houlette du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo. « Ayant examiné ensemble le document qui nous a été soumis, nous sommes arrivés à la conclusion commune, qu’il était urgent et approprié de nous en tenir aux conclusions du dialogue politique c’est-à-dire, le maintien à une date unique et le couplage des élections législatives et présidentielle pour le 22 novembre 2020. Cette position sera réaffirmée dans le compte-rendu qui sera fait au chef de l’Etat », a indiqué le CFOP, Zéphirin Diabré. Néanmoins, il a reconnu que l’Assemblée nationale est une instance qui a toute la liberté de formuler des recommandations sur des questions liées à la vie de la nation. Le CFOP a rappelé que cette rencontre fait suite à une audience accordée par le président du Faso aux deux co-présidents du comité de suivi du dialogue politique c’est-à-dire l’APMP et le CFOP. A l’occasion, a-t-il indiqué, « le chef de l’Etat nous a informés qu’il a reçu de l’Assemblée nationale, un rapport qui traite d’un certain nombre de questions et formule des recommandations parmi lesquelles le découplage des élections de novembre 2020 avec un report des législatives pour plus tard ». C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, le président du Faso a jugé nécessaire de consulter le dialogue politique pour avoir son avis. Ainsi donc, a précisé M. Diabré, chaque composante a eu une réunion avec ses membres pour examiner le rapport et principalement la question relative au report des élections législatives. «L’essentiel est que les deux composantes politiques se sont entendues et ont estimé qu’à l’étape actuelle de nos préparatifs et de nos engagements, il est bon qu’on s’en tienne au timing qui a été adopté et qui est connu. C’est sur la base de ce timing le corps électoral a été convoqué. Nous, partis de l’opposition et de la majorité, travaillons sur la base de ce timing », a conclu le président du MPP, Simon Compaoré.

Adama SEDGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.