Centre Delwendé de Sakoula : Les « vieilles » reçoivent des vivres

La responsable de l’établissement, la Sœur Muleya Vickness (1re à partir de la droite), a reçu, symboliquement, un sac de haricot.

L’association des femmes des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, sous le parrainage de l’Assemblée nationale, a remis 15 sacs de 100 Kg de maïs, 11 sacs de 50 Kg de haricot et une enveloppe de 300 000 F CFA au centre Delwendé de Sakoula, le vendredi 17 juillet 2020, à Ouagadougou.

Les aides aux nécessiteux, dans la commune de Ouagadougou, ont «touché » les pensionnaires du centre Delwendé de Sakoula (ex-centre Delwendé de Tanghin), le vendredi 17 juillet 2020. En effet, l’association des femmes des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, sous le parrainage de l’Assemblée nationale (AN) a remis des vivres aux vieilles femmes du centre. Ce sont, au total, 15 sacs de 100 Kg de maïs, 11 sacs de 50 Kg de haricot et une enveloppe de 300 000 F CFA qui leur ont été octroyés.

Selon la présidente de la cellule genre du ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Yolande Kalwoulé, ce don aux « internées » de Sakoula, s’explique par le fait qu’elles sont vulnérables. Aux dires de Mme Kalwoulé, sa structure a répondu, par ce geste, au besoin en maïs et en haricot exprimé par les « vieilles » de Delwendé, auparavant. « La cellule genre est jeune et c’est pourquoi, nous avons demandé le soutien de l’AN qui a bien voulu accepter », a-t-elle ajouté. La représentante du président de l’AN, la députée Maïmouna Ouédraogo, a laissé entendre qu’au parlement burkinabè, un projet mène la sensibilisation avec les députés dans leurs zones respectives où l’exclusion sociale est répandue.

Les pensionnaires du centre Delwendé de Sakoula (extrême droite), accompagnées des donatrices, ont traduit leur joie.

Ce, a-t-elle précisé, pour militer en faveur de la réintégration des femmes exclues de leurs milieux d’origine. Elle a, par ailleurs, félicité toutes ses collègues de la cellule genre du ministère en charge de l’intégration pour cette solidarité nationale. Quant à la responsable du centre Delwendé de Sakoula, la Sœur Muleya Vickness, elle a renchéri que le centre qui avait auparavant un effectif de plus de 400 vieilles compte aujourd’hui moins de 250.

Elle en a profité pour appeler les hommes à s’engager dans la lutte contre l’exclusion sociale, tout en déplorant les accusations de sorcellerie dont sont victimes des femmes au Burkina Faso. La porte-parole des bénéficiaires, Antoinette Guiguemdé, a, pour sa part, remercié la cellule genre du ministère chargé de l’intégration pour cet acte salvateur. Le centre Delwendé de Sakoula, un village situé à 12 km de Ouagadougou, résulte de la délocalisation de celui de Tanghin, créé en 1966. Il est sous la tutelle du ministère en charge de l’action sociale et confié à l’Eglise catholique en collaboration avec les Sœurs de l’Immaculée Conception.

Cynthia Elodie KAFANDO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.