Fonds d’intervention pour l’environnement : Le plan stratégique quinquennal en validation

Le SG du ministère de l’Environnement, Dr Sibidou Sina: « Le bref bilan du chemin parcouru par le fonds laisse constater des vulnérabilités à l’absence ou à l’insuffisance des ressources pérennes ».

Le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) a organisé un atelier de validation de son plan stratégique quinquennal (2021-2025) le jeudi 30 juillet à Ouagadougou.

Le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) ambitionne d’agir autrement, au cours des cinq prochaines années, en essayant de mieux répondre aux attentes qui ont guidé sa création. En effet, depuis trois mois, il s’est engagé dans l’élaboration d’un plan stratégique quinquennal (2021-2025) à travers des consultants sélectionnés, pour produire un document. La validation dudit document a fait l’objet d’un atelier, le jeudi 30 juillet 2020, organisé par le FIE à Ouagadougou.

Selon le Secrétaire général (SG) du ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Dr Sibidou Sina, pour remplir sa mission, le fonds, à l’exemple des établissements publics du même genre, œuvre à se doter d’instruments requis pour une gestion moderne et transparente. Cependant, fait-il remarquer, en lieu et place d’un outil de pilotage et de planification stratégique de ses actions, l’institution a fonctionné jusqu’en 2020 sur la base d’un programme d’activités et d’un budget annuel. « Cette planification tactique qui se concentre sur des activités spécifiques et sur une courte durée, ne manque pas de limiter, la portée des actions d’une structure aux ambitions immenses telles que le FIE, par rapport aux résultats attendus », a-t-il observé.

Pour le SG du ministère, c’est dans l’optique de corriger cette situation et de se donner la possibilité de réaliser sa vocation de devenir un levier de mobilisation des financements nationaux supplémentaires, ainsi que des fonds extérieurs complémentaires liés à l’environnement, à la gestion durable des ressources naturelles et aux changements climatiques que le FIE a décidé d’élaborer son plan stratégique quinquennal. De l’avis du Dr Sibidou Sina, la planification stratégique consiste à établir un schéma de développement global dans le but d’atteindre une série d’objectifs préalablement définis.

« Il s’agit de projeter dans le futur »

Les participants ont été invités à faire des critiques constructives afin d’améliorer les résultats du travail soumis à leur examen.

« Concrètement, il s’agit de projeter dans le futur, les activités présentes de l’organisation et d’estimer toutes les conséquences, en interne et sur l’environnement externe, qu’elles pourraient avoir », a-t-il expliqué. Ce plan stratégique donnera, sans doute, au FIE, à croire le SG, des perspectives de croissance et de création de valeurs plus importantes. « Il sera pour l’équipe du fonds, une carte routière qui permettra de se diriger vers les mêmes objectifs en empruntant le chemin le plus court et en évitant des changements de direction coûteux, en temps et en argent », a souligné le Dr Sibidou Sina.

Le SG du ministère de l’Environnement a salué, d’ores et déjà, l’engagement et le dynamisme avec lesquels, l’équipe des consultants du Centre d’analyse des politiques économiques et sociales (CAPES) exécutera son contrat. Quant aux participants de l’atelier de validation, Dr Sina les a invités à apporter une critique constructive et des recommandations nécessaires dans le but d’améliorer les résultats du travail soumis à leur examen. En rappel, le FIE a été créé en 2015 après une phase pilote qui a duré trois ans. Il a pour mission d’accompagner la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière d’environnement et de soutenir le service public de l’environnement, entendu au sens des actions environnementales d’intérêt général.

Pour ce faire, le fonds est chargé de la mobilisation, de la gestion, de l’allocation et du suivi des ressources financières destinées aux activités contribuant à l’atteinte des objectifs environnementaux au Burkina Faso. Le fonds couvre cinq grands domaines d’intervention que sont l’environnement et le cadre de vie, la gestion durable les ressources forestières et fauniques, les risques et catastrophes, la gestion des ressources naturelles sols et eaux et la promotion des pratiques durables dans les secteurs productifs et l’énergie.

Paténéma Oumar OUEDRAOGO
pathnema@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.