Corridor Togo-Burkina: la garantie unique en vigueur à partir du 1er octobre

La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina a initié, le mardi 18 août 2020 à Ouagadougou, une rencontre d’information des opérateurs économiques et des commissionnaires en douane agréés sur la mise en œuvre de la garantie unique sur le corridor Togo-Burkina.

Le protocole d’accord relatif à la mise en œuvre de la garantie unique sur le corridor Togo-Burkina va entrer en vigueur le 1er octobre prochain. En prélude à cet évènement, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a tenu une rencontre d’information à l’intention des opérateurs économiques et des commissionnaires en douane, le mardi 18 août 2020, à Ouagadougou. Le représentant du président de la CCI-BF, Roger Omer Ouédraogo, a confié que la garantie unique, outil de facilitation pour un pays de transit comme le Burkina, fait partie du plan stratégique de l’institution. « Avant, chaque pays percevait ce qu’il devrait percevoir au niveau de chaque poste de douane. Mais aujourd’hui, la déclaration unique au port conduit la marchandise jusqu’à destination avec une seule prescription », a soutenu Roger Omer Ouédraogo. Il a ajouté que le taux de prélèvement est de 0,50% si c’est une marchandise en transit venant de l’Europe ou de l’Asie et pour la marchandise achetée sur le territoire togolais, la perception se fait seulement au niveau de la frontière du Burkina à un taux de 0,25% de sa valeur. M. Ouédraogo a salué la concrétisation du protocole adopté, le 28 avril 2014, et révisé en juin 2019 à la suite des difficultés de mise en œuvre. « La rencontre de ce jour s’inscrit dans le cadre d’une campagne d’informations et d’échanges sur cette réforme en vue d’une meilleure appropriation du mécanisme par tous les intervenants en douane », a laissé entendre l’élu consulaire.

Un transit routier informatisé

Boukary Koudougou, de la direction générale des douanes, a rappelé que la garantie unique découle de la convention du 30 mai 1982 et sa convention additionnelle du 29 mai 1990 des Etats membres de la CEDEAO relative au transit routier inter-Etats des marchandises. Selon lui, il a pour objectif de faciliter le transport intégré, la mise en place d’une base de données et la protection de l’espace économique des Etats membres de la communauté, entre autres. « Avec ce mécanisme, nous aurons un transit routier informatisé dont les informations relatives aux marchandises sont transmises par voie électronique à tous les bureaux de douane sur l’itinéraire », a expliqué M. Koudougou. En outre, il a informé que l’administration douanière a élaboré un guide pratique du module de transit routier inter-Etats. Avant celle du corridor togolais, il y a eu l’application effective de la garantie unique entre le Burkina et la Côte d’Ivoire en 2015 puis avec le Ghana en 2019. Roger Omer Ouédraogo a confié que des échanges ont été entamés avec le Benin, le Niger et le Mali pour la mise en œuvre de la garantie unique dans les meilleurs délais.

Joseph HARO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.