Election présidentielle 2020: Kam Yéli Monique en selle pour Kosyam

Le Mouvement pour la renaissance du Burkina (MRB) a investi, le mardi 18 août 2020, à Ouagadougou, Yéli Monique Kam, comme sa candidate à l’élection présidentielle du 22 novembre prochain.

La course à la magistrature suprême au Burkina Faso vient d’enregistrer sa première prétendante, en la personne de Yéli Monique Kam. Surnommée « La Yennenga de l’éducation » au regard de son projet de société focalisé sur le secteur éducatif, elle a été investie candidate à l’élection présidentielle du 22 novembre 2020, par le Mouvement pour la renaissance du Burkina (MRB), le mardi 18 août 2020 à Ouagadougou, en présence de militants, de chefs coutumiers et de sympathisants acquis à la cause du parti.
Le porte-flambeau du « parti du livre » a fait savoir que le MRB n’est pas de trop dans le landerneau politique national. « Notre mouvement vient combler un déficit constaté dans les offres des partis politiques», a-t-elle déclaré.
En effet, de son avis, le secteur de l’éducation a été, depuis la nuit des temps, le parent pauvre des politiques publiques. Et c’est pourquoi, le parti veut faire du secteur, sa priorité afin de jeter les bases du développement durable du pays. « Le parti du livre milite pour la refonte du système éducatif au Burkina afin de créer de réelles et meilleures conditions de la renaissance nationale », a soutenu la prétendante
au palais de Kosyam. Elle a ajouté que seule la richesse de l’intelligence peut permettre de relever les défis de sécurité, de gouvernance et des remous sociaux auxquels le pays est confronté.
D’obédience sociale-démocrate, à en croire Yéli Monique Kam, le MRB entend donc moderniser le pays des Hommes intègres par la refonte de son système éducatif à travers la mise en œuvre de son projet de société bâti autour de sept grands axes. Il s’agit des pactes «républicain », « éducatif et de l’emploi », « agricole », «industriel », « patriotique et de la diaspora » et « de la solidarité ». « Nous avons fait le choix d’une éducation de qualité pour nos enfants. Il vous reste à nous donner vos voix dans les urnes, au moment venu », a lancé au peuple burkinabè, Mme Kam. Quant aux acteurs politiques et aux gouvernants, elle les a exhortés à faire de l’école, leur priorité, « véritable gage» d’une unité nationale, de paix, de sécurité et de développement harmonieux. Après avoir été investie, Yéli Monique Kam a reçu les bénédictions de la chefferie coutumière pour aller à la conquête du pouvoir d’Etat avec plus de confiance et de détermination. Elle a, dans cette dynamique, invité toutes couches sociales confondues, à faire chorus derrière le MRB pour l’implémentation d’une « véritable renaissance nationale », au bénéfice de tous.

Soumaïla
BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.