Campagne agricole : une bonne physionomie dans la Boucle du Mouhoun

La province des Banwa dans la  région  de la Boucle du Mouhoun a enregistré sa première pluie le 20 Mai 2020. Cependant, c’est le 20 juin que la plupart des paysans ont semé. Début difficile,  de nos jours,  les  plants présentent une bonne physionomie et l’espoir est permis.

L’installation tardive de la saison des pluies dans certaines provinces de la région de la Boucle du Mouhoun, notamment celle des Banwa a créé la psychose chez les paysans. La province des Banwa a enregistré sa première pluie le 20 mai. Et puis plus rien.  C’est à partir du 25 Juin 2020 que les pluies se sont installées et la peur s’est estompée.

Les plants présentent une bonne physionomie et présagent une bonne récolte. Certaines cultures sont en phase de  floraison et d’autres d’épiaison. Quant au maïs,  la plupart des champs est en état de maturation.

On assiste à une répartition spatio-temporelle assez bonne de la pluviométrie avec de rare poche de sécheresse. Du Sorgho au sésame en passant par le Maïs, le niébé, l’arachide, le riz, le mil, le haricot, etc. toutes les spéculations évoluent  bien.

Cette bonne physionomie selon le directeur provincial des aménagements hydro-agricole des Banwa s’explique par le fait qu’il n’ya pas eu de poche de sécheresse depuis la deuxième pluie du 25 Juin jusqu’à ce jour. Toute chose qui a fait  qu’il n’y a pas eu de ré-semi. Pour l’instant, il n y a pas d’attaque parasitaire  dans la province.

Toujours selon lui, la pluviométrie de cette année malgré l’installation tardive de la saison sera bonne  par rapport à celle de 2019, si la tendance se maintient jusqu’à la première quinzaine d’octobre 2020.

Pour le producteur  Yezouma Coulibaly militaire radié de 2011 suite aux mutineries, devenu aujourd’hui entrepreneur agricole à Bayé  dans la commune de Solenzo, les  pluies régulières et stables lui donne un grand espoir. Selon lui,  si cette tendance se maintient les producteurs des Banwa ne feront pas de maigres récoltes. Avec plus  de 70 hectares emblavés cette saison, il prie pour ne pas avoir des rares pluies à partir  de Septembre. C’est le même souhait de tous  les producteurs des Banwa.

 

David Demaison NEBIE

 (Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.