Droits humains et protection des données personnelles : la CIL et la CNDH en synergie d’actions

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) et la Commission nationale des droits humains (CNDH) ont signé, le mardi 25 août 2020, à Ouagadougou, une convention de partenariat en vue de mieux garantir la promotion des droits humains et la protection des données personnelles au Burkina Faso.

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) et la Commission nationale des droits humains (CNDH) sont convaincues que la mutualisation de leurs efforts peut leur permettre de parvenir à une promotion véritable des droits humains et la protection des données personnelles des Burkinabè. A cet effet, les deux structures ont paraphé, mardi 25 août 2020 à Ouagadougou, une convention de partenariat.

Protéger les droits fondamentaux

L’objectif de cette convention, a déclaré la présidente de la CIL, Marguerite Ouédraogo, est de renforcer la collaboration entre les deux structures par la mutualisation des actions afin d’atteindre leurs objectifs escomptés. « Nous avons décidé, au sein de nos deux institutions, de fédérer nos actions pour mieux protéger les libertés et les droits fondamentaux des populations », a-t-elle soutenu.

Selon les termes de la convention, les deux structures s’engagent à s’informer mutuellement dans le cadre de l’exercice de leur mission, à se partager les expériences, à promouvoir mutuellement leur visibilité et à former leurs membres et leurs agents. En plus, à en croire la présidente de la CIL, les parties prenantes décident de collaborer dans le traitement des plaintes relatives aux cas de violation des droits et libertés fondamentaux relevant de leurs compétences, de développer des initiatives communes allant dans le sens du renforcement de leurs capacités et de se commu- niquer des données à caractère personnel aux fins de la mise en œuvre efficace du partenariat. Pour sa part, le président de la CNDH, Rodrigue Namoano, a fait savoir que la signature de cette convention s’inscrit en droite ligne des objectifs communs que partagent ces deux structures.

Il s’agit, a-t-il rappelé, de la promotion des droits fondamentaux du citoyen et de la protection des données personnelles. C’est pourquoi, il a salué le partenariat scellé. Toute chose qui, a-t-il estimé, leur permettra d’être encore plus performants sur le terrain. « En mettant en commun nos efforts et nos moyens, nous allons travailler pour l’atteinte de nos objectifs, pour le bien-être des populations burkinabè », a soutenu Rodrigue Namoano.
Les deux partenaires, au terme de cette signature de convention, ont fondé l’espoir de voir la CIL et la CNDH se consolider davantage et concourir au mieux à la promotion et à la protection des droits fondamentaux des citoyens burkinabè.

Soumaïla BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.