Semaine nationale de l’information et de l’’orientation : Accompagner les futurs étudiants dans le bon choix des filières

La DG du CIOSPB, Lydia Rouamba, a souhaité que l’édition 2020 de la manifestation…

Le Centre national de l’information de l’orientation scolaire et professionnelle et des bourses (CIOSPB), organise du 24 au 29 août 2020, à Ouagadougou, la 5e édition de la Semaine nationale de l’information et de l’orientation (SNIO). L’objectif est d’accompagner les nouveaux bacheliers à opérer un meilleur choix de filière et d’établissement de formation.

Sur les 125 805 candidats présentés au Baccalauréat 2020 au Burkina Faso, 47 840 ont obtenu leur premier diplôme universitaire, soit un taux de 39, 35%. Une admission synonyme d’une étape importante de franchie pour les futurs étudiants.

Et ces moments de réussite ont été célébrée par les lauréats, chacun à sa manière. Passer cette euphorie, place aux choix de la filière et de l’établissement de formation pour la suite du cursus. Un choix difficile à opérer face à une multitude de filières et d’établissements. Et à un mois de la rentrée académique, ils sont nombreux ces futurs étudiants qui n’ont toujours pas fait de choix. C’est le cas de Rarimalguédo Rahimata Sawadogo, elève au lycée privé Madina de Ouagadougou, qui a obtenu son Baccalauréat série D avec 15, 62 de moyenne qui est toujours dubitative.

« Je voulais vraiment faire la médecine et je pensais également à l’architecture», hésite-telle, entre ces deux filières choisies par ses parents. «A vrai dire, je n’ai pas encore choisi ma filière de formation. Raison pour laquelle je suis ici afin qu’on m’oriente», espère la jeune bachelière.

Il s’agit de la 5e Semaine nationale de l’information et de l’’orientation post Bac (SNIO) qui se tient du 24 au 29 août 2020 à Ouagadougou.
Une initiative du ministère en charge de l’enseignement supérieur, portée par le Centre national de l’information , de l’orientation scolaire et professionnelle, et des bourses (CIOSPB). C’est une tribune d’échanges et d’information offerte aux parents et aux futurs bacheliers d’opérer de bons choix selon la directrice du CISPB, Dr Lydia Rouamba.

Cette édition se tient sur « la problématique de l’accès à l’enseignement supérieur au Burkina Faso : filières de formation et bourses d’études ». Une opportunité pour ces bacheliers de bénéficier des conseillers d’orientation scolaire et professionnelle, des conseils à l’orientation et des informations sur les prêts et bourses d’études et l’orientation en ligne sur la plate-forme Campus Faso.

La vitrine idéale pour réussir au mieux

« A travers ce thème, nous voulons répondre à vos attentes, à vos nombreuses questions sur les filières de formations porteuses et sur les modalités et conditions d’accès à la bourse », se réjouit la DG Dr Lydia Rouamba. D’où la présence à cette foire d’orientation, les universités publiques, Institutions privés d’enseignement supérieurs du Burkina (IPES) et de l’étranger.

…. permette aux bacheliers d’opérer des choix qui répondent à leurs aspirations professionnelles.

« Nos universités et grandes écoles privées au Burkina Faso proposent diverses offres de formation de qualité pour les étudiants et nouveaux bacheliers qui répondent à leurs besoins en formation et aux besoins du marché de I’emploi dans notre pays », confie le représentant des partenaires, Désiré Nacoulma, par ailleurs président de l’Union nationale des établissements d’enseignement privés laïcs du Burkina l’UNEEPEL. C’est pourquoi, il a invité les jeunes bacheliers à faire des choix judicieux qui tiennent compte de leurs aptitudes et de leurs intérêts en lien avec leurs aspirations professionnelles. C’est-à-dire, un choix qui renforcera leur employabilité.

« Soyez attentifs aux messages des conseillers d’orientation et posez les bonnes questions Pour découvrir toutes les possibilités et les initiatives offertes par l’Etat en vue de vous accompagner dans vos études », ont demandé les marraines de la cérémonie, la ministre déléguée au Budget, Edith Clémence Yaka et l’ex- ministre des Droits humains, Monique Ilboudo. A ce sujet, Mme Yaka, a confié que le ministère en charge de l’économie travaille chaque année à rendre disponibles les ressources financières pour soutenir la mise en œuvre des politiques publiques dans le secteur.

Pour sa part, le ministre en charge de l’enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga, a invité le CIOSPB et les partenaires à avoir une oreille attentive aux préoccupations du public-cible et de lui fournir des informations nécessaires. Convaincu que la SNIO répond à un besoin d’information et de clarification pour permettre aux jeunes bacheliers de faire le bon choix, Désiré Nacoulama a soutenu qu’elle est à encou-rager. « Nous sommes convaincus que si les nouveaux arrivants dans le supérieur disposent d’un éventail d’informations conséquentes et fiables, ils réussiront au mieux leur orientation et leur formation universitaire, limitant par la même occasion les déperditions scolaires», a-t-il ajouté.

Selon Alkassoum Maïga, depuis 2018, le gouvernement offre annuellement 2000 bourses d’ins-criptions dans les Institutions privées d’enseignement supérieur (IEPS ) et 2300 dans les universités publiques, soit un total annuel de 4 300 bourses.
De même, plus de 70 000 étudiants ont bénéficié de l’aide et plus de 11 000 du prêt en 2019. Des efforts appuyés par des bourses de coopération.

Mariam OUEDRAOGO
mesmira14@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.