Ministère de la Promotion des droits humains: le personnel en quête d’efficacité

La conférence annuelle du personnel du corps des droits humains s’est tenue, le lundi 31 août 2020 à Ouagadougou, sur le thème : « Le rôle du personnel des droits humains dans le contexte actuel du Burkina Faso marqué par l’insécurité et les violations des droits humains ».

L’efficacité et l’efficience du personnel du corps des droits humains dans la promotion adéquate des droits humains au Burkina Faso est l’une des préoccupations du ministère des Droits humains et de la Promotion civique. Dans ce sens, le département tient annuellement la conférence du personnel de ce corps, à l’effet de rechercher les solutions idoines face aux défis à relever. Cette année, ladite conférence s’est tenue le lundi 31 août 2020 à Ouagadougou, sous l’égide du ministre des Droits humains et de la Promotion civique, Maminata Ouattara. « C’est un cadre de concertation et d’échanges du personnel des droits humains sur les préoccupations relatives à la protection des droits humains et la promotion du corps des droits humains », a-t-elle expliqué. La présente conférence, a ajouté Maminata Ouattara, se tient dans un contexte marqué par les attaques terroristes, l’extrémisme violent, la pandémie du coronavirus. Et cela, a-t-elle dit, avec leurs corolaires de violation des droits humains. C’est pourquoi, a déclaré Maminata Ouattara, les participants à la conférence ont été invités à réfléchir au thème : « Le rôle du personnel des droits humains dans le contexte actuel du Burkina Faso marqué par l’insécurité et les violations des droits humains », en vue de proposer des solutions appropriées.

Relever les défis liés

Pour elle, il est de notoriété publique que le Burkina connaît des actes d’extrémisme violent, de terrorisme, d’intolérance et de recrudescence des conflits communautaires. « Ces faits se manifestent par les violations du droit à la vie caractérisées par les massacres des populations, les violations du droit à la liberté religieuse, du droit de vivre dans un environnement sécurisé et paisible », a-t-elle déploré. Pour faire face à ces manquements aux droits humains, a fait savoir le ministre en charge des droits humains, le gouvernement a intensifié ses actions de renforcement des capacités des Forces de défenses et de sécurité (FDS) et des acteurs de la société civile aux fins de les outiller sur la promotion des droits humains
et du droit international humanitaire. Ainsi, la rencontre, de l’avis de Maminata Ouattara, offre une occasion pour l’ensemble du corps des droits humains, d’échanger, de passer au crible, à partir de la thématique, le rôle qui est le leur afin de pouvoir concilier le respect des droits humains et lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.
Elle a, par conséquent, souhaité que des travaux se dégagent des pistes d’actions pour une résilience des acteurs en vue d’une véritable promotion et protection des droits humains dans le contexte actuel du Burkina Faso. Du reste, le ministre en charge des droits humains s’est engagé à poursuivre la mise en œuvre des recommandations issues des travaux afin de relever les défis liés à la protection, à la promotion des droits humains et du civisme au pays des Hommes intègres.

Soumaïla
BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.