Lutte contre la cybercriminalité : La CIL renforce ses partenariats

La présidente de la CIL, Marguerite Ouédraogo, et le conseiller technique du ministre de la Sécurité, Bienvenu Claude Bado, ont signé la convention de partenariat.

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) et la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité (BCLCC) ont signé une convention de partenariat, le mardi 1er septembre 2020, à Ouagadougou, pour renforcer leurs actions dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité.

La lutte contre la cybercriminalité nécessite une coordination entre les différentes structures qui en ont la charge. Dans le souci de renforcer leur coopération, la Commission de l’informatique et des libertés (CIL) et la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité (BCLCC) ont signé une convention de partenariat, dans la matinée du mardi 1er septembre 2020, à Ouagadougou. Par le biais de cette collaboration, les deux structures s’engagent, selon les termes du premier article de la convention, « à développer et à entretenir une relation de partenariat entre elles, en vue d’atteindre les objectifs de la préservation et de la protection des données à caractère personnel et de la vie privée des citoyens burkinabè dans le cyberespace ».

La CIL et la BCLCC vont travailler sur les points d’intérêts communs formulés dans le partenariat. Ce sont, entre autres, le plaidoyer pour des formations communes au profit des agents des deux structures, le partage d’expériences, la sensibilisation grand public, la réflexion à la mise en place d’un laboratoire d’expertise technique sur le plan national et la promotion mutuelle de leur visibilité. Elles devront également collaborer dans le traitement des dossiers de plaintes inhérentes aux données à caractère personnel et à la vie privée des individus dans le cyberespace. Pour la présidente de la CIL, Marguerite Ouédraogo, la protection des données à caractère personnel ne peut se mener en vase clos.
C’est pourquoi, a-t-elle expliqué, la Commission a choisi de bénéficier de l’appui d’autres structures pour mieux remplir ses missions.

« Les attentes de cette convention vont consister à mener de façon conjointe des actions tout en sécurisant et protégeant la vie privée des citoyens. Nous allons poursuivre la réflexion sur la mise en place d’un laboratoire technique d’analyse et de contrôle des différents dossiers soumis », a-t-elle indiqué.

Pour le conseiller technique du ministre de la Sécurité, Bienvenu Claude Bado, cette convention va permettre à la CIL et à la BCLCC de mutualiser leurs forces pour mieux lutter contre la cybercriminalité. Il a précisé que la CIL va s’occuper de la protection des données à caractère personnel tandis que la BCLCC se chargera de la manifestation de la vérité à travers des enquêtes conformément aux règles en vigueur. Bien avant la formalisation de cette convention de partenariat, la CIL avait offert du matériel relatif à la lutte contre la cybercriminalité à la BCLCC, le 3 juillet dernier.

Karim BADOLO
Alima COMPAORE
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.