Electrification rurale :Plus de 300 nouvelles localités bientôt mises en service

L‘Agence burkinabè de l’électrification rurale (ABER) a organisé les 24 et 25 août 2020, une sortie terrain dans 7 localités en chantier dans les régions du Centre-ouest et de la Boucle du Mouhoun.

L’électrification de 7 villages, Bessazouldjyr, Lapio, Gooko, Lacouidjyr (centre-ouest) et Kabourou, Karaba, Poura Carrefour (Boucle du Mouhoun) connait un taux d’exécution satisfaisant. C’est le constat de l’Agence burkinabè de l’électrification rurale (ABER) à l’issue d’une sortie terrain, initiée dans lesdites localités en électrification, les 24 et 25 août 2020. A Lacouidjyr, situé à 6 km de Didyr (province du Sanguié),  le Directeur général (DG) de l’ABER, Ismaël Somlawendé Nacoulma a échangé, lors de la première journée, avec les techniciens de l’entreprise Projet production internationale (P.P.I.), autour du fonctionnement des interrupteurs aériens à commande manuelle (IACM), des isolants d’électricité, les poteaux électriques, les lampadaires solaires et le guichet de paiement implantés sur une superficie de 300 m2.  Les travaux, selon les ingénieurs du P.P.I, ont connu quelques retards dus à la saison d’hivernage et aux questions environnementales. Mais, nous sommes, a souligné l’ingénieur électricien du P.P.I, Issa Nikièma, à la phase finale de nos travaux. Il a, en effet, précisé que plus de 2000 supports ont été implantés dans 30 localités du Burkina Faso, avec en toile de fond des guichets construits, et 154 lampadaires solaires installés. «Nous attendons avec impatience l’électricité. Car, les jeunes en ont besoin pour mener des activités génératrices de revenus telles que la soudure, les buvettes et les moulins», a confié le vice-président du Conseil villageois de développement (CVD) de Didyr, Manassé Bado, originaire de la localité. Même son de cloche chez la ménagère, Aminata Kando, et le CVD, Moise  Badiel du village de Gooko. «Quand nous avons besoin de glace ou d’eau glacée, nous sommes obligés de nous rendre à Didyr. Le courant, une fois effectif dans notre village, viendra donc nous soulager de notre calvaire », a soutenu M.Badiel. A Lapio, les habitants à l’instar de Dieudonné Bakouan, membre du CVD, ont égrené un chapelet de doléances, dont l’augmentation du nombre de poteaux électriques, et l’implantation d’un guichet pour le règlement des factures.

 Privilégier des solutions autonomes

Selon M. Nikièma, l’heure est au recensement des intentions de branchement et bientôt la liste sera bouclée. « Dans nos prévisions, le courant sera une réalité d’ici au plus tard fin octobre 2020« , a-t-il rassuré. Le taux d’électrification rurale au Burkina Faso, a souligné le DG  de l’ABER, est passé de moins 4% en 2015 à 21 % en mi-2020. Plus de 300 autres localités, a-t-il révélé, sont également en chantier. M. Nacoulma a précisé que le choix des villages est fonction de leur potentiel démographique, et socio-économique. Si la localité est très proche du réseau filaire développé par la SONABEL, a-t-il poursuivi, nous optons pour une solution de raccordement au réseau. «Quand le village en est éloigné, nous privilégions les solutions autonomes, isolées telles les centrales solaires avec des mini-réseaux verts qui permettent d’avoir accès à lénergie», a-t-il ajouté.  Après le centre-ouest, l’équipe de l’ABER et les techniciens ont, dans l’après-midi du mardi 25 août 2020, mis le cap sur la  région de la Boucle du Mouhoun, notamment à Karaba, Kabourou (commune de Fara) et à Poura carrefour (province des Balé) qui abritent chacune, une plateforme multifonctionnelle. Installées dans 21 localités, ces mini-centrales solaires, a expliqué le Directeur technique de l’ABER, Paul Kaboré, ont été financées, à hauteur de 8 milliards F CFA,  par la Banque mondiale et le gouvernement burkinabè à travers le Projet d’appui au secteur de l’électricité (PASEL), dont la composante 2 est mise en œuvre par l’ABER. D’une capacité de 40 Kilowatts, chacune des plateformes multifonctionnelles, a-t-il fait savoir, comporte deux moulins, un guichet, un local technique, un groupe électrogène avec batterie et un forage. 16 sur les 21 plateformes, a-t-il annoncé, sont en phase de finition. «Je suis très satisfait de l’état d’avancement des travaux. Ils sont, dans lensemble, pratiquement achevés, et à la phase de branchements. La mise en service des plateformes sera bientôt une réalité. Et la campagne de branchement aura, en principe, lieu dans les deux prochaines semaines», a promis le DG de l’ABER, à l’issue de la visite.

Aubin NANA


L’ABER, l’électricité pour tous : la démocratisation de l’électricité

Au Burkina Faso, l’une des caractéristiques du milieu rural est le faible taux d’accès des populations à l’électricité. Afin d’améliorer les conditions socio-économiques des populations et booster le développement local, le Gouvernement, à travers le Ministère de l’Energie, a entrepris ces dernières années, la mise en œuvre d’une politique accélérée d’électrification en milieu rural. Pour opérationnaliser cette politique, l’Etat a érigé l’Agence burkinabè de l’électrification rurale (ABER), dont la mission principale est de faciliter l’accès de ces populations aux services électriques de base.

Selon une étude prospective réalisée en 2008, dans le cadre du projet IMPROVES_RE, cofinancé par DANIDA et l’UNION EUROPEENNE, les 6 régions les moins électrifiées au Burkina Faso étaient celles du Nord, du Sahel, de l’Est, du Centre-est, du Centre-ouest, de la Boucle du Mouhoun et des Hauts-Bassins. Ces régions sont devenues du même coup les cibles prioritaires des politiques d’électrification. Ainsi, le Nord a été doté d’une centrale électrique implantée à Ouahigouya en 2017. Dans la même foulée, 36 localités du Sahel ont été électrifiées à la faveur du Projet ELSA, aussi finalisé en 2017. Depuis 2018, le Centre-ouest, la Boucle du Mouhoun et les Hauts-Bassins et l’Est constituent les régions privilégiées par les projets d’électrification (cf Liste des localités en chantier). Dans l’ensemble, ces projets sont à un niveau d’exécution très avancé.

Malheureusement, des difficultés ont entamé les travaux dans certaines régions. C’est le cas de l’Est où les défis sécuritaires empêchent le début effectif des chantiers dans certaines localités du Gourma et le bon déroulement des travaux dans d’autres (Projet ERD-ZIGO). La saison hivernale également a contraint à la suspension, par moments, des chantiers. Les autres difficultés consistent en la non construction des abris ou les retards accusés pour réaliser ceux-ci, et le non-paiement des frais d’abonnement impactant ainsi le début des campagnes de branchement.

Et afin de permettre au plus grand nombre de personnes d’être connectées en milieu rural, les branchements seront encore subventionnés à 6 000 FCFA allant à 30 000 FCFA, au regard du coût élevé des branchements, estimé entre 50 000 FCFA et plus de 200 000 FCFA selon le type de compteur. En dépit de tous ces obstacles, et grâce à la volonté politique, l’ABER est déterminée à atteindre ses objectifs d’électrifier 322 nouvelles localités (cf Liste des localités en chantier) d’ici fin 2020, contre 307 localités électrifiées en 13 ans d’existence.

Source: ABER


Agence Burkinabè de l’Electrification Rurale (ABER): la liste des localités en chantier ci-dessous

ABER LISTE DES LOCALITES EN CHANTIER

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.