Sécurité routière: des jeuens s’engagent à « zéro goutte de sang sur la route »

Le groupe Facebook circulation de Ouaga, en collaboration avec l’Association des étudiants en médecine (AEM), a organisé une journée de sensibilisation dénommée « zéro goutte de sang sur la route », le samedi 19 septembre 2020 à Ouagadougou, en vue d’éduquer la jeunesse sur le port du casque permanent en circulation.

Depuis sa création le 21 juin 2019, le groupe Facebook Circulation de Ouaga fait de la promotion de la sécurité routière, du civisme et de la citoyenneté responsable au Burkina, son cheval de bataille. C’est dans cette optique que le groupe, avec la collaboration de l’Association des étudiants en médecine (AEM), a tenu une journée de sensibilisation, le samedi 19 septembre 2020 à Ouagadougou. C’était à travers une caravane à moto avec une centaine de jeunes tous en casque pour rappeler l’importance du port du casque aux usagers de la route. En effet, l’objectif de cette journée, selon Moumini Koudougou, a été de sensibiliser les jeunes à renforcer leurs connaissances des règles de la circulation routière et de susciter une prise de conscience individuelle et collective. Cela, afin d’obtenir un changement positif de comportements en faveur de la sécurité routière, du civisme et de la citoyenneté. C’est pour ces raisons, a-t-il dit, que l’Office national de la sécurité routière (ONASER) a décidé d’accompagner le groupe afin d’éduquer et de sensibiliser les usagers de la route au respect du Code de la route, le port du casque, le port de la ceinture de sécurité, l’excès de vitesse, les méfaits de l’alcool, le secourisme, etc. « Actuellement chez les victimes d’accidents, la première chose qu’on observe, c’est la perte de sang alors qu’un être humain qui perd son sang risque aussi de perdre sa vie. Donc, on a pensé à collecter du sang pour ces victimes d’accidents », a-t-il ajouté. M. Koudougou a continué qu’au-delà de bien circuler, il faut également respecter le Code de la route et surtout porter le casque pour éviter les accidents qui peuvent coûter la vie. Quant à l’attachée en étude et analyse à l’ONASER, Maïmouna Karama, elle a soutenu que le port du casque est extrêmement important. « Notre pays est à prédominance à deux roues, alors que le casque, c’est ce matériel qui va nous protéger en cas d’accident. D’ailleurs, c’est une obligation quand nous sommes sur un engin motorisé », a-t-elle confié. Elle a ajouté que l’ONASER fait des sensibilisations pour que les populations sachent qu’il faut être titulaire d’un permis avant de conduire un engin à deux roues. C’est pourquoi, a soutenu Mme Karama, l’ONASER s’est engagé à les former à obtenir ce permis. Lors de cette activité, les agents du Centre national de transfusion sanguine (CNTS) ont procédé à une collecte de sang qui a eu un énorme succès.

Alimatou COMPAORE
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.