Journées internationales de la paix et de la tolérance : Prévenir la stigmatisation et le repli identitaire

Les forces vives de la région du Centre-Nord ont réaffirmé leur solidarité envers les PDI.

Le ministère des Droits humains et de la Promotion civique (MDHPC) a conjointement commémoré les journées de la paix et de la tolérance, le lundi 21 septembre 2020, à Kaya.

Pour l’édition 2020, la région du Centre-Nord abrite les activités commémoratives des Journées internationales de la paix et de la tolérance (JIPT), au regard de son contexte sécuritaire et humanitaire. Pour la ministre des Droits humains et de la Promotion civique, Maminata Ouattara, le choix de cette localité se justifie par le fait que cette région ait donné et continue de donner le bon exemple de tolérance et d’hospitalité, à travers l’accueil et l’assistance aux Personnes déplacées internes (PDI).

De ce fait, elle a salué l’esprit de tolérance et de solidarité des populations-hôtes de la ‘’cité des cuirs et des peaux’’. Toutefois, la ministre Maminata Ouattara a souligné que ce groupement peut laisser entrevoir un sentiment de stigmatisation et de repli identitaire. « C’est pourquoi, nous sommes venus transmettre un message de paix et de tolérance à l’endroit, d’une part des peuples burkinabè et d’autre part des communautés-hôtes », a indiqué la ministre en charge de la promotion civique. Placées sous le thème :
« Prévention de la stigmatisation et du repli identitaire des communautés : quelle synergie d’actions en faveur de la cohésion sociale et du vivre-ensemble harmonieux ? », les JIPT 2020 ont été lancées, le lundi 21 septembre 2020, à Kaya.

A l’issue de ce lancement, une rencontre d’échanges et d’expériences sur la problématique de la prévention de la stigmatisation et du repli identitaire des communautés a été organisée au profit des populations-hôtes et des PDI. Aux dires de Maminata Ouattara, une tournée de rencontre d’échanges et de partage d’expériences sur la thématique dans six départements des provinces du Bam et Namentenga et d’une publication de son message sur la paix et la tolérance sont au programme dans les jours à venir.

Pour une nation de paix

Les participants ont rendu hommage aux victimes des attaques terroristes.

A l’entendre, l’objectif de cette commémoration est, non seulement, de sensibiliser les populations aux dangers de la violence, mais aussi de les impliquer dans la promotion des valeurs de tolérance, de paix et de cohésion sociale. « Les JIPT permettent d’engager tous les Burkinabè à l’édification d’une nation éprise de paix, qui s’appuie sur des valeurs sociales historiques et le respect des droits humains », a-t-elle poursuivi. Pour elle, cette célébration offre aussi une tribune de réflexions, de partages et d’échanges sur des perspectives nouvelles à développer, afin de consolider les acquis économiques, sociaux, politiques et culturels du Burkina Faso.

Dans son intervention, la 1re adjointe au maire de Kaya, Bittou Sawadogo, a exprimé sa reconnaissance pour le choix porté sur sa commune, en ce sens que la région du Centre-Nord constitue l’épicentre des défis sécuritaires au Burkina Faso. « Dans ces dernières années, notre région est en proie à la multiplication d’actes d’intolérance, de conflits communautaires et d’attaques terroristes qui ont ébranlé le tissu social, mettant à rude épreuve la cohésion sociale et le vivre-ensemble »,
a-t-elle déploré. De ce fait, Mme Sawadogo a souligné que l’instauration de ces valeurs sociales nécessite la mutualisation des efforts à tous les niveaux. A l’entendre, à la date du 21 septembre 2020, le Centre-Nord totalise 416 136 PDI dont 102 494 pour la commune de Kaya.

Emil Abdoul Razak SEGDA
Segda9emil@gmail.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.