Promotion des investissements de la diaspora : Une stratégie d’attraction en vue

Les participants ont été invités à faire des propositions en vue d'élaborer un document de référence.

Le ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur (MIABE) organise, du 22 au 25 septembre 2020 à Ouagadougou, un atelier de validation d’une stratégie de promotion et de mobilisation des investissements
de la diaspora du Burkina Faso.

La diaspora burkinabè constitue un énorme potentiel d’investisseurs pourtant très peu exploité. En vue d’optimiser leurs investissements, le ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur (MIABE) a commandité une étude, à l’effet d’élaborer un cadre stratégique de promotion et de mobilisation. Pour peaufiner et valider les termes de ce document, les acteurs du domaine ont été conviés à un atelier, du 22 au 25 septembre 2020 à Ouagadougou. Elaboré avec le concours du Secrétariat permanent du Conseil présidentiel pour l’investissement (SP/CPI), les résultats de cette étude, de l’avis du secrétaire général du MIABE, François d’Assise Yaméogo, devrait permettre de jouer un rôle majeur dans l’effort national de mobilisation des Burkinabè vivant à l’étranger.

Il s’agira donc pour les participants, a-t-il dit, de passer au peigne fin le contenu du document, d’analyser les stratégies proposées en vue de son amélioration. « Notre pays ne dispose pas encore d’une stratégie spécifique d’attraction des investissements de la diaspora. C’est ainsi que l’étude en validation devrait s’inscrire dans la vision globale de gestion déclinée par le gouvernement dans sa Stratégie nationale de gestion de la diaspora », a déclaré M. Yaméogo. Il a ensuite souligné qu’au regard de l’importance numérique et qualitative de la diaspora et du volume de ses flux financiers, il est crucial de les cibler et de les encourager à investir dans leur pays d’origine. En effet, à l’entendre, ces flux financiers ont représenté respectivement en 2014 et 2015, la somme de 179, 7 et 211,5 milliards en provenance de la Cote d’Ivoire.

« Des opportunités d’investissements importants identifiés dans les secteurs des mines, de l’agro-sylvo-pastoral et des services existent », a-t-il rappelé.
Pour le directeur général des Burkinabè de l’extérieur, Mamadou Ilboudo, la mise en œuvre de cette stratégie, va permettre de structurer convenablement les interventions de la diaspora mais bien plus, de contribuer à l’essor du développement du Burkina Faso. « Cette étude va nous rendre plus opérationnels dans la gestion de la diaspora et particulièrement dans sa mobilisation à investir dans des secteurs structurants », a-t-il fait savoir.

La stratégie, une fois validée, à en croire le secrétaire permanent du Conseil présidentiel pour l’investissement, Dr Edouard Kouka Tapsoba, il appartiendra au gouvernement d’assurer sa mise en œuvre pour l’atteinte des objectifs escomptés. «L’étude a fait un diagnostic très approfondi des contraintes et des attentes de nos compatriotes qui souhaitent investir dans leur pays et de permettre un flux important de leurs ressources », a-t-il relevé. Ainsi, ils ont tous souhaité que ce document-cadre serve de balise stratégique à même d’optimiser parfaitement les investissements de la diaspora afin d’impulser le développement économique du Burkina.

Soumaïla BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.