Assemblée nationale: La loi de finances 2021 sur la table des députés

Au cours de cette session, les députés auront pour principale mission d’adopter la loi de finances exercice 2021.

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a officiellement ouvert, la deuxième session ordinaire du parlement, dans l’après-midi du mercredi 30 septembre 2020. Cette session sera essentiellement consacrée à l’adoption de la loi de finances, exercice 2021.

Après des vacances parlementaires, les députés ont repris le chemin de l’hémicycle, le mercredi 30 septembre, à l’occasion de l’ouverture officielle de la deuxième session ordinaire de l’année. Une session qui, aux dires du Président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé, donnera lieu à des débats « enflammés » du fait de son ordre du jour qui sera consacré essentiellement à l’adoption de la loi de finances, exercice 2021. Plus qu’un exercice d’empilement de chiffres en termes de recettes et de dépenses de l’Etat, le budget à venir doit, selon le PAN, être le miroir des priorités sociales, économiques et financières du gouvernement tout en indiquant dans quelles mesures les besoins de toutes les composantes de la société doivent être pris en compte.

Conscient de cette vocation du budget de l’Etat, il s’est engagé, au nom de l’ensemble des députés, à accomplir cette mission « en toute responsabilité et en toute indépendance », tout en offrant à l’exécutif, les moyens budgétaires nécessaires à la pleine réalisation de son programme de société. Il a toutefois prévenu que la Représentation nationale, dans sa prérogative de contrôle de l’action gouvernementale, sera « sans complaisance » sur les exigences de transparence, d’équité et de probité dans l’exécution de la loi de finances à venir.

Cette session étant la dernière de la 7e législature, le PAN a saisi l’opportunité de son ouverture pour dresser un bref bilan de ce cycle parlementaire qui a duré cinq ans. A ce propos, il a indiqué que depuis la validation de leur mandat, le 30 décembre 2015, et en attendant les délibérations de la présente session, l’Assemblée nationale a voté 226 lois. Elle a usé de 114 questions orales et 118 questions écrites répondues. Dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale, a-t-il poursuivi, l’institution a conduit sept commissions d’enquête parlementaires et 12 missions d’information. A cela, il a ajouté la création de la Commission de l’évaluation des politiques publiques et du suivi des recommandations (CEPSUR).

Au nombre des innovations introduites dans le règlement du parlement, le PAN a cité la prise en compte du genre et de la jeunesse par la création de deux commissions générales spécifiques, l’octroi « par discrimination positive » de postes de responsabilité aux femmes et aux jeunes et la mise en place d’un bureau du citoyen pour renforcer la relation citoyens/représentants. Bien que satisfait de ce qui a été accompli durant cette législature, Alassane Bala Sakandé a reconnu que tout n’a pas pu être fait. Il s’est tout de même réjoui que chaque député ait donné le meilleur de lui-même pour que cette législature soit à la hauteur de sa mission malgré les difficultés auxquelles elle a été confrontée. Pour ce faire, il leur a exprimé toute son admiration et sa reconnaissance.

« Il y a eu des moments de doute et d’épuisement, d’interrogation et de douleur. Mais c’est dans une dignité toute particulière que vous êtes restés dans le navire », leur a-t-il dit. Le parlement devant être renouvelé dans moins de deux mois, il a félicité les députés qui ont encore été retenus par leurs partis pour briguer un autre mandat. Quant aux autres, il leur a souhaité bon vent tout en les rassurant que l’institution qu’ils ont servie leur sera éternellement reconnaissante.

Il a, en outre, remercié l’ensemble du personnel de l’Assemblée nationale pour son ardeur au travail et son sens de responsabilité qui ont permis à l’institution d’accomplir les principales missions qui lui ont été assignées durant ces cinq années.
La session s’est ouverte en présence du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, des membres du gouvernement et des représentants du corps diplomatiques.

Nadège YAMEOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.