Présidentielle 2020 : quatre prétendants déposent leur candidature

Do Pascal Sessouma, le président de Burkina vision-Parti pacifiste, Tahirou Barry du Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR), Gilbert Noël Ouédraogo de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/ Rassemblement démocratie africain (ADF/RDA) et Kadré Désiré Ouédraogo du Mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso, ont déposé chacun sa candidature pour l’élection présidentielle, le jeudi 1er octobre 2020, à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), à Ouagadougou.

Au quatrième jour du dépôt des candidatures pour l’élection présidentielle du
22 novembre 2020, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a enregistré quatre dossiers de prétendants à la fonction de président du Faso. Dans la matinée du jeudi 1er octobre 2020, le président de Vision Burkina Vision-Parti pacifiste, Do Pascal Sessouma, a été le premier à franchir l’entrée de la commission électorale. Au terme de son dépôt, il a déclaré que son dossier est complet, sauf un parrainage qui a un problème de carte nationale d’identité expirée. Toutefois, M. Sessouma a dénoncé les parrainages pour les candidats de partis politiques nouvellement créés. « Je ne comprends pas pourquoi l’on demande à des candidats issus de nouveaux partis de trouver des parrainages. Cela nous oblige à aller piocher dans le champ des autres. Légalement et logiquement ce n’est même pas possible. (…) Ce n’est pas étonnant que ces partis donnent des consignes à leurs partisans contre les parrainages », a-t-il souligné. En sollicitant le suffrage des Burkinabè, Do Pascal Sessouma se fixe, entre autres, comme priorités le rétablissement de la paix et de la sécurité au Burkina Faso, la répression de la corruption, la reconnaissance, l’encadrement et la rémunération de la chefferie coutumière.

A sa suite, c’est le candidat du Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR), Tahirou Barry, qui s’est présenté dans les locaux de la CENI. Pour l’ancien ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, cette étape est «solennelle » et marque le point de départ d’une longue bataille pour engranger des victoires. « J’ai décidé d’être candidat pour le rêve d’une nation forte, grande et riche dans sa diversité. J’ai décidé d’être candidat au nom d’une population qui souffre dans sa chair et dans son âme. (…) C’est une lourde responsabilité et je prie Dieu pour qu’il me donne la force de porter ce fardeau jusqu’au bout », a déclaré Tahirou Barry. Il a précisé que son dossier comporte toutes les pièces requises pour la candidature.

« Rassembler les Burkinabè»

Le troisième candidat a été Gilbert Noël Ouedraogo de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/ Rassemblement démocratique africain (ADF /RDA). Dossier complet, le candidat est allé jusqu’à 97 parrainages au-delà des 50 exigés. Gilbert Noël Ouédraogo a soutenu que sa candidature se veut celle d’un « espoir nouveau » pour les Burkinabè.

« Je viens avec honneur, fierté et humilité briguer vos suffrages à la présidentielle du 22 novembre 2020. Je suis motivé en cela par ma volonté de rassembler les Burkinabè et de lutter contre la mal gouvernance. C’est pourquoi, dès les premiers instants de mon mandat, je m’attaquerai à l’insécurité, aux crises communautaires et à la mal gouvernance qui sont un frein à notre vivre-ensemble, la paix et le développement », a-t-il argué.
Le candidat du mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso, Kadré Désiré Ouédraogo, a été le dernier à être reçu à la CENI, ce jour.

L’ancien Premier ministre, qui a recueilli 99 parrainages dans dix régions, entend, à travers sa candidature, proposer une offre de contribution « patriotique » pour la paix, la sécurité et la prospérité du pays. « Nous soumettons cette candidature avec humilité en espérant que notre vision sera partagée par l’immense majorité du peuple burkinabè qui aspire à un changement profond de notre gouvernance. Pendant la campagne, nous aurons l’occasion de développer notre vision, qui a pour objectif de bâtir un pays de prospérité partagée, de justice, de liberté et de solidarité», a-t-il soutenu. Son ambition, a affirmé Kadré Désiré Ouédraogo, est de travailler à la réconciliation, au rassemblement du peuple burkinabè pour rebâtir l’unité nationale. Il a traduit sa gratitude aux partis politiques et organisations de la société civile qui soutiennent sa candidature.

Karim BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.