Lutte contre la COVID-19: la Chine offre du matériel de 600 millions F CFA

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu en audience l’ambassadeur de Chine, Li Jian, le vendredi 2 octobre 2020 à Ouagadougou. Le diplomate chinois est allé faire le point du don de matériel de lutte contre la COVID-19 au chef du gouvernement.

Depuis l’apparition de la COVID-19 au Burkina Faso en mars dernier, plusieurs tranches de dons de matériels médicaux venant de la Chine ont déjà été remises
à la partie burkinabè. Cependant, le contexte actuel marqué par un rebondissement laisse croire, que la pandémie est loin d’être terminée. Pour réaffirmer sa solidarité
à l’endroit du pays des Hommes intègres, elle a de nouveau fait un don de matériels médicotechniques.
Le vendredi 2 octobre 2020, l’ambassadeur de Chine, Li Jian, a été reçu à cet effet par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, à la Primature pour faire le point du don. Selon l’ambassadeur chinois, il s’agit de la plus grande tranche d’une valeur estimée à 600 millions F CFA, composée de 50 respirateurs, 40 machines à oxygène, 100 thermos flash infrarouges, 6 000 combinaisons de protection médicale et 10 000 masques N95. « Nous sommes convaincus que ces matériels vont jouer un rôle important dans l’équipement des structures sanitaires burkinabè dans la lutte efficace contre le virus et aideront à renverser la tendance d’un éventuel rebond épidémique», a-t-il déclaré. M. Jian a rappelé qu’au cours des six derniers mois, son pays a livré des dizaines de tonnes de matériels données par le gouvernement, la Croix-Rouge, des municipalités et le secteur privé chinois comme la Fondation Jack-ma et Alibaba. « Au total, ce sont plus de 1,07 million
de masques, 10 000 combinaisons de protection, 114 respirateurs, 52 générateurs d’oxygène, 1 200 thermos flashs, 21 000 boîtes de réactifs de détection et un nombre incalculable de gants, de couvertures, de chaussures, de lunettes de protection,
de visières et d’autres équipements de protection qui ont été envoyés par le peuple chinois pour soutenir leurs amis burkinabè », a poursuivi l’ambassadeur chinois. A côté du financement des travaux
de construction de deux bâtiments d’isolement au CHU Yalgado-Ouédraogo, le représentant de la diplomatie chinoise au Burkina Faso a indiqué que le CHU de Tengandogo figure déjà sur la liste des 30 hôpitaux africains qui vont établir chacun un partenariat avec un hôpital chinois.
Tout en saluant le geste renouvelé de la Chine, la ministre de la Santé, Léonie Claudine Lougué, a exhorté les Burkinabè à ne pas baisser la garde. « Il faut que nous fassions attention au relâchement parce qu’une deuxième vague n’est pas exclue. Nous avons eu des moments où on avait zéro cas alors que le nombre de tests ne faisait qu’augmenter. Nous recommençons à monter si bien que nous avons eu jusqu’à plus de 180 cas de tests positifs », a-t-elle indiqué. Mme Lougué a insisté sur le respect des mesures-barrières et le suivi des indications du ministère de la Santé, afin de reprendre une vie normale, sociale, culturelle et économique.

Paténéma Oumar
OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.