Financement de la santé de la reproduction: Les acteurs se forment en Suivi budgétaire

OPTIONS en collaboration avec le Groupe Technique Santé de la Reproduction (GT-SR), a organisé à Ouagadougou les 21 et 22 septembre 2020 un atelier de renforcement de capacités des acteurs de la santé sexuelle et reproductive (SSR) sur le processus, l’analyse et le suivi budgétaire au Burkina.

Des acteurs étatiques, du secteur privé, des parlementaires, des organisations de la société civile notamment celles des représentants des personnes vivant avec un handicap ont pendant deux jours bénéficié de compétences et échangé leurs expériences sur le processus, l’analyse et le suivi budgétaire en matière de santé sexuelle au Burkina.

Organisé par le groupe technique   santé de la reproduction (GT/SR) et OPTIONS, l’atelier vise entre autres à aligner efficacement les initiatives de plaidoyer en faveur de la santé de la reproduction et la planification familiale (SR/PF) sur le calendrier budgétaire ; à maîtriser les notions et les outils de base de l’analyse budgétaire et expliquer le rôle que peut jouer la société civile, les parlementaires et les médias aux différents niveaux et étapes du processus budgétaire. Un autre objectif non moins important est de maîtriser les spécificités du suivi du budget de la SR/PF par la société civile et les médias.

A l’ouverture de l’atelier, le représentant pays d’OPTIONS,  Ousmane Ouédraogo et le représentant du chef de file du GT-SR, Boureima Ouédraogo ont rappelé que cette formation s’inscrit dans le cadre du programme WISH qui comprend deux axes essentiels : la redevabilité et le financement en Santé. De ce fait, il a été recommandé a chacun des acteurs présents de s’investir pleinement et témoigner d’une participation et interaction active afin d’avoir des résultats probants.

« Pour Options nous comptons apporter notre appui à la mise en place d’un cadre ou les questions budgétaires pourront être abordées dans un langage simplifié et où les mécanismes de redevabilité disposent de moyens d’interpellation de l’état sur la mise en œuvre du budget », a soutenu M Ouedraogo.

En rappel, le consortium Marie Stopes International (MSI) et Options Consultancy Service (Options) travaille sur deux axes clés pour renforcer l’appropriation nationale. Il s’agit de l’engagement accru du gouvernement du Burkina Faso à accroitre les investissements publics alloués à la santé sexuelle et reproductive (SSR). Et aussi le renforcement du mécanisme de redevabilité qui se doit d’être efficace pour influencer les politiques et assurer le suivi de l’application des engagements politiques, programmatiques et financiers pris par le gouvernement en lien avec la santé de la reproduction.

Valentin Kaboré

(collaborateur)

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.