Gouvernance politique : « Les sentinelles de la démocratie » dans un rôle avant-gardiste

Le mouvement associatif « Les sentinelles de la démocratie » a lancé, dimanche 11 octobre 2020 à Ouagadougou, ses activités, à l’issue d’une assemblée générale constitutive, dans l’optique d’impulser une nouvelle gouvernance démocratique au Burkina Faso.

A quelques semaines des échéances électorales du 22 novembre prochain, des citoyens burkinabè veulent jouer leur partition pour un meilleur ancrage démocratique au Burkina Faso. Dans cette dynamique, ils se sont réunis au sein du mouvement « Les sentinelles de la démocratie ». Le lancement des activités de cette structure est intervenu, dimanche 11 octobre 2020, à Ouagadougou, en présence de ses membres et sympathisants venus des 13 régions du pays. Pour son président, Sékou Modeste Sia, « Les sentinelles de la démocratie » se veut être une structure apolitique qui vise à encourager la population à s’impliquer dans la gestion de la chose publique et à amener les gouvernants à rendre effectivement compte de leur gestion aux populations dont ils tiennent leur mandat.

« Nous entendons assurer une veille responsable au-dessus de tout soupçon, de l’action publique et gouvernementale, en vue de favoriser l’implémentation d’une gestion vertueuse des biens publics », a-t-il déclaré. Selon M. Sia et ses camarades, le Burkina Faso est en proie à beaucoup de failles dans son système de gouvernance. Ils ont cité, entre autres, la corruption, les détournements de deniers publics et les comportements peu responsables de certaines hautes autorités. Des maux qui, selon les responsables du mouvement, inhibent les actions de développement. Ainsi, fort de plus de 14 000 adhérents, selon ses premiers responsables, le mouvement entend, par des actions de sensibilisation, travailler d’arrache-pied pour l’avènement d’une gouvernance vertueuse pour le bien de la population. « La mission que nous nous sommes assignée est de veiller à ce que la bonne gouvernance soit une réalité », a martelé le porte-parole et secrétaire général de « Les sentinelles de la démocratie », Jean-Bosco Bossu.

Dans la perspective des élections couplées du 22 novembre prochain, la structure, a-t-il ajouté, lancera une vaste campagne de sensibilisation pour des élections apaisées, transparentes et inclusives, gages d’une stabilité et de prospérité pour le peuple. A la fin de la rencontre, les représentants provinciaux ont été invités à travailler pour un meilleur ancrage des idéaux du mouvement dans leurs localités respectives.
C’est pourquoi, chacun d’eux a reçu, des mains du président, le flambeau de la structure. Des actions de développement, notamment dans les domaines de la santé, de l’environnement et de l’éducation, etc., sont également des objectifs poursuivis par « Les sentinelles de la démocratie ».

Soumaïla BONKOUNGOU &
Crépin Albert OUEDRAOGO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.