Contrôle citoyen: des résultats satisfaisants à Tenkodogo, Kaya et Dori

L’ONG OXFAM a, dans le cadre du « projet de renforcement du contrôle citoyen des politiques publiques par les OSC pour une gouvernance favorable aux populations au Burkina Faso », organisé une caravane de presse, du 6 au 9 octobre 2020 dans les communes de Tenkodogo, Kaya et Dori.

Mis en œuvre depuis juillet 2018, le « projet de renforcement du contrôle citoyen des politiques publiques par les OSC pour une gouvernance favorable aux populations au Burkina Faso » se porte à merveille dans les communes où il est exécuté. Dans l’optique de renforcer la visibilité des acquis du projet, l’ONG OXFAM, dans son appui à ses partenaires, à savoir : le Secrétariat permanent des ONG (SPONG), l’Organisation pour le renforcement des capacités de développement (ORCADE) et le Centre d’étude et de recherche appliquée en finances publiques (CERA-FP) a organisé, une caravane de presse, du 6 au 9 octobre 2020, dans les communes de Tenkodogo, Kaya et Dori. Dans la première ville citée, les hommes et femmes ont pu s’enquérir des activités menées par l’équipe du Comité communal de contrôle citoyen (CCCC). Il s’agit, entre autres, selon le président du CCCC de Tenkodogo, Egède Magloire Koudougou, de l’organisation d’une émission radiophonique sur le civisme fiscal, de l’incitation des populations au suivi citoyen et la tenue d’une journée de redevabilité. Le président du CCCC de Tenkodogo a confié que son équipe a même initié une rencontre avec les autorités communales et les responsables des transporteurs pour comprendre les causes de la non-occupation de la gare routière. Pour le représentant des transporteurs, Yacouba Minoungou, le manque d’éclairage, d’eau et l’insécurité est la cause de la désertion de la gare routière par les transporteurs. De l’avis du Secrétaire général (SG) de la mairie de Tenkodogo, Amadou Dicko, la commune est dans la dynamique de trouver des solutions à ce problème. Il a saisi l’occasion pour saluer le CCCC pour ses diverses interpellations qui participent au développement de la commune. En ce qui concerne le besoin de siège pour abriter le comité, le SG de la mairie de Tenkodogo a invité le CCCC à introduire une demande qui sera examiné. Dans l’ensemble, le président du CCCC de Tenkodogo, Egède Magloire Koudougou a dit être satisfait des actions menées par sa structure, car, la population a commencé à comprendre son rôle de veille citoyenne. A Kaya où la caravane de presse s’est déportée par la suite, c’est au siège de l’association le bon samaritain pour l’épanouissement des jeunes du Centre-Nord que les journalistes ont échangé avec le CCCC de la localité sur les activités qu’il a menées dans le cadre du projet.

Une dizaine de résultats atteints

Comme résultats atteints à l’issue des activités menées, le point focal du CCCC de Kaya, Karim Sawadogo, en a relevé une dizaine. Il s’agit, entre autres, de l’implication des membres des Organisations de la société civile (OSC) dans toutes les activités communales, de l’identification des mesures d’accompagnement en matière d’eau courante et celles en matière d’électricité afin de réduire les risques de violences que subissent certaines Personnes déplacées internes (PDI). Karim Sawadogo a fait remarquer que la non-disponibilité des autorités du fait de leur calendrier chargé par moment, a souvent été un des freins au déroulement des activités. Qu’à cela ne tienne, l’une des bénéficiaires des activités du CCCC de Kaya, Maïmounata Sawadogo a marqué toute sa satisfaction du fait que les PDI aient été sensibilisées à l’importance de la cohésion sociale. A Dori, où les journalistes ont bouclé leur caravane, ils se sont entretenus sur l’état de mise en œuvre des activités avec le CCCC de la localité. Le président du comité, Ousseni Maïga a souligné que sa structure a tenu une rencontre d’identification des priorités locales dans divers domaines (santé, environnement, sécurité, eau et assainissement, élevage, agriculture). Il y a eu, a-t-il ajouté, l’organisation d’émissions radiophoniques sur la situation de l’hébergement des PDI dans la commune. Ousseni Maïga a néanmoins signifié que l’insécurité, qui prévaut, n’a pas permis une grande mobilité des membres du CCCC dans l’espace communal. Il a aussi souligné que le départ du point focal et la mise à disposition tardive des ressources ont été des difficultés rencontrées.
De ce fait, le président du CCCC de Dori a proposé une réduction du champ d’actions aux villages sécurisés et dynamisé les membres du comité. Dans l’ensemble, le Secrétaire permanent du SPONG, Richard Ouédraogo, a dit être satisfait du travail des différents comités des villes traversées par la caravane, dans la mesure où il y a un contenu assez important qui tend à atteindre les objectifs escomptés. « En fonction des priorités que chacun a, j’ai remarqué que beaucoup de choses ont été faites qui permettent de rendre visibles les documents de planification et les budgets des différentes localités », a-t-il déclaré. M. Ouédraogo a félicité les trois comités pour leur engagement dans la résolution des problèmes entre les populations et l’autorité communale. Il a promis de porter le plaidoyer afin que le budget alloué aux comités soit consistant.

Paténéma Oumar
OUEDRAOGO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.