Kaya : discorde autour d’un cache-nez

Dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 octobre 2020, aux environs de 23 heures, Kantigui a assisté à une scène ahurissante au Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) du secteur 1 de Kaya, dans le quartier Wemtenga. En effet, les deux agents de santé (homme et femme), qui étaient de garde, ont refusé, catégoriquement, d’apporter des soins à une élève de CE1, âgée de 11 ans, qui n’avait pas de cache-nez. Malgré les cris de la fillette qui souffrait de maux de ventre, le personnel soignant est resté droit dans ses bottes : « pas de cache-nez, pas de soins ».

Un comportement qui a été critiqué par la plupart des patients et leurs accompagnants. « Ils m’ont dit que c’est seulement les enfants de moins de deux ans qui sont autorisés à renter sans cache-nez. J’ai présenté mes excuses. Je leur ai dit que c’est l’état de santé de l’enfant qui a fait que j’ai oublié les cache-nez à la maison. Ils m’ont répliqué que ce n’est pas leur problème. Je suis d’abord allé à la pharmacie du CMA, mais il n’y avait pas de cache-nez en vente. J’ai fait le tour de la ville sans trouver une seule boutique ouverte », a expliqué le père de la patiente.

Après quelques tentatives d’explications, le personnel soignant a déserté les lieux, laissant la malade seule dans la salle de consultation. « Si je ne m’étais pas retenu, c’est sûr qu’on allait m’emprisonner le lendemain. A un certain moment, j’ai compris que si je ne partais pas avec ma fille, elle allait mourir», a-t-il ajouté. Il est revenu à Kantigui que c’est finalement au Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) du secteur 7 de Kaya, que la fillette a été prise en charge « sans protocole » de cache-nez. Aux dernières nouvelles, l’élève de CE1 se porte bien et a repris le chemin de l’école.


Audition de Bassolma Bazié : la CGT-B promet une suite

C’est avec attention que Kantigui suit de très près le bruyant feuilleton du secrétaire général de la CGT-B, Bassolma Bazié, accusé de n’avoir pas rempli le volume horaire à lui attribué au lycée Philippe-Zinda-Kaboré où il est enseignant. M. Bazié a été entendu à cet effet le 21 septembre 2020 et à la suite de son audition, le ministre en charge de l’éducation, Pr Stanislas Ouaro, lui a notifié la décision du conseil de discipline.
Dans cette notification, Kantigui a pu lire que le conseil reconnaît Bassolma Bazié coupable, mais…

Lire l’article dans Sidwaya numérique

Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(+226) 25 31 22 89

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.