Mouvement d’humeur des routiers : sitôt enclenché, sitôt suspendu

Le président national de la Faitière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB), Issoufou Maïga, a annoncé la suspension de la grève des chauffeurs routiers, au cours d’une conférence de presse tenue, le mercredi 14 octobre 2020 à Ouagadougou.

La grève de 96 heures annoncée par les chauffeurs routiers au cours de la semaine n’aura duré qu’une demi-journée. Lors d’une conférence de presse tenue, le mercredi 14 octobre 2020, à Ouagadougou, le président national de la Faitière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB), Issoufou Maïga, a informé de la suspension de la grève et rassuré de la reprise immédiate du travail au niveau des chauffeurs routiers. Le président Maïga justifie ce rétropédalage par le fait qu’une large concertation impliquant le Conseil national du patronat burkinabè, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCIBF), et le Haut conseil pour le dialogue social est actuellement en cours, afin de trouver une issue heureuse à la crise.

« Nous ne sommes pas contre l’Etat, il y a eu des incompréhensions dans la démarche. Aujourd’hui, nous sommes confiants parce que la CCIBF, le Haut conseil pour le dialogue social et le Patronat ont pris le dossier en main avec, à la clé, les amendements que nous avons apportés à l’arrêté portant modalités de gestion et de contrôle du fret en provenance et à destination du Burkina Faso », a fait savoir M. Maïga. A propos desdits amendements, le président de la FUTRB a indiqué qu’il s’agit, entre autres, des articles 7, 8 et 10. A l’article 7, la FUTRB souhaite qu’au lieu de « le transporteur s’inscrit sur un registre tenu par le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) », il faille plutôt dire : « le transporteur s’inscrit sur un registre tenu par le CBC en présence du représentant de la faitière des transporteurs et celui des chauffeurs ».

A l’article 8, les transporteurs refusent que le quota de répartition entre le transporteur pour compte propre et le transport public des quantités transportées soit fixé ultérieurement par arrêté ministériel comme indiqué dans la mouture actuelle de l’arrêté. La FUTRB préconise en amendement que ce quota soit défini comme suit : 1/3 pour le pays de transit, 1/3 pour le transport public et 1/3 pour le transport pour compte propre. Le président Maïga a rassuré que sa structure et l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) sont unanimes sur les amendements. Ainsi, les conférenciers se disent optimistes quant à une sortie rapide de crise. « Nous connaissons le leadership du président Mahamadi Savadogo (CCIBF) et de Appolinaire Compaoré (patronat), donc nous sommes certains que le dossier sera vite traité », a déclaré M. Maïga. Pour aplanir les points de divergences, une série de travaux sont en cours jusqu’au vendredi prochain avec les différentes parties impliquées dans les échanges.

Wanlé Gérard COULIBALY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.