Prix de la meilleure journaliste 2020 : les Editions Sidwaya sur la plus haute marche

Dans le cadre de la Journée nationale de la liberté de presse, célébrée le 20 octobre 2020, le Centre national de presse Norbert-Zongo (CNP/NZ) a décerné le prix de la meilleure journaliste. C’est la journaliste Rabiatou Simporé des Editions Sidwaya qui a remporté le grand prix.

La journaliste de Sidwaya, Rabiatou Simporé, est la meilleure femme journaliste du Burkina Faso. La cérémonie de remise de prix s’est déroulée le 20 octobre 2020 au Centre national de presse Norbert-Zongo à Ouagadougou.

Avec son article d’enquête, publiée le 9 décembre 2019 dans les colonnes du quotidien Sidwaya intitulé :Boisson locale : du poison dans nos zoom koom, bissap…, la lauréate, en plus du prix de la meilleure journaliste en catégorie presse écrite et en ligne, remporte le grand prix de la meilleure journaliste 2020 avec une note de 16/20. Elle empoche de ce fait, deux attestations, deux trophées et une enveloppe d’une valeur de 1 500 000 F CFA, soit 500 000 pour le prix de la catégorie presse écrite et en ligne et 1 000 000 pour le grand prix. Le prix de la catégorie télévision a été décerné à Maïmouna Traoré de la RTB/télé, grâce à sa production «Gestion des ordures ménagères : les odeurs de Ouagadougou la belle ».

Elle remporte ainsi, une attestation, un trophée et la somme de 500 000FCFA. Pour la qualité de son enquête intitulée «Enfants nés de la prostitution : ces nourrissons qui trainent sur les trottoirs », la journaliste Mariam Ouédraogo de Sidwaya a eu droit à un prix spécial du jury, composé d’une attestation et d’une somme de 250 000F CFA. Cette année, le jury n’a pas décerné un prix dans la catégorie Radio. Il a estimé que les œuvres présentées dans cette catégorie n’étaient pas de belle facture. Pour la présente édition, le jury, composé de cinq membres et présidé par Danielle Bougaïré, ancienne directrice générale de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB), s’est statué sur 25 œuvres proposées par 13 candidates de la presse écrite et en ligne, de la télévision et de la radiodiffusion.

Pour la lauréate Rabiatou Simporé, ce prix, au-delà de sa personne est un mérite de la « maison commune ». Elle a, pour ce faire, remercié toute la chaîne de production des Editions Sidwaya qui a permis que son travail soit récompensé. « Je remercie également le Centre national de presse Norbert-Zongo pour ce prix. C’est un fruit des efforts de tous et en même temps une invite à faire mieux »,
a-t-elle indiqué. Mme Simporé a également remercié le Directeur général, le Directeur du contrôle des aliments et de la nutrition appliquée, Fulbert Nikiéma, le Directeur de la toxicologie, du contrôle de l’environnement et de l’hygiène publique, Dr N. Stanislas Dimitri Méda du Laboratoire national de santé publique pour le soutien dont elle a bénéficié dans le cadre des analyses des échantillons.
Le président du comité de pilotage du CNP/NZ, Guézouma Sanogo, a, pour sa part, félicité les lauréates. Il a souhaité que chacune d’elle soit une ambassadrice de ce prix dans son organe.

Instituée en 2010, le prix de la meilleure journaliste vise, entre autres, à promouvoir le genre dans le domaine des médias, créer une émulation au niveau des femmes journalistes et amener celles-ci à s’illustrer davantage dans le domaine du journalisme.

Aïssatou Bélem

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.