Grand prix hippique du président du Faso

La 6e édition du Grand prix hippique du président du Faso disputée, le samedi 24 octobre 2020, sur l’hippodrome d’Hamdalaye à Ouagadougou, a été remportée par le cheval « Flamme Irondelle » monté par Moumouni Tapsoba.

Pour la 6e année sans discontinuer, la fédération burkinabè des sports équestres a tenu le pari avec l’organisation du Grand prix du président du Faso. La présente édition a été disputée, le samedi 24 octobre dernier sur l’hippodrome d’Hamdalaye à Ouagadougou. Quatre épreuves étaient au menu dont celle dotée du trophée du président du Faso plus une récompense d’un million FCFA. Sur des chevaux locaux, c’est le dossard n°1 « Flamme Irondelle » monté par Moumouni Tapsoba qui a coiffé sur le fil du rasoir, Nasif Gantar avec son cheval « Golden Faya ». celui-ci a reçu 500 000 FCFA. « Chercheur », avec comme maître Ahmed Keïta pour avoir complété le podium est reparti avec la somme de 300 000 FCFA. La course des métisses dotée du trophée du ministre de la Jeunesse et 600 000 FCFA a été l’apanage d’Alassane Dabré et son cheval « Boyka ». Il est suivi par « Champion » de Moumouni Tapsoba et « Bark Beega » d’Ahmed Keïta. Ils ont gagné respectivement 400 000 et 200 000 FCFA. Le trophée du ministre des Sports et des Loisirs, qui a intéressé les Talons, a été remporté par « Wend Barka » de l’écurie de Rachid Nacoulma monté par Aziz Ouédraogo. Il est reparti avec 500 000 FCFA plus le trophée. Toutes les courses se sont courues sur une distance de 2600 mètres. Le président de la fédération burkinabè des sports équestres, Rachid Nacoulma, s’est réjoui de la bonne tenue de l’activité malgré des aléas comme la crise sanitaire et l’insécurité liée au terrorisme. « Au-delà qu’elle se soit déroulée sans couac, ma joie est encore immense du fait que beaucoup de gens ont compris la valeur du cheval », se satisfait-il. Pour le directeur général de la Loterie nationale du Burkinabè (LONAB) Patindéba Naza, le Grand prix du président du Faso concerne le cheval et sa société est dans la filière chevale. Il a laissé entendre que la LONAB portera une attention particulière à cette filière, car, « soutenir le cheval burkinabè est une perspective pour une collaboration future avec la fédération ».

Yves OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.