Soutien aux déplacés internes : Cinq hectares pour abriter un site d’accueil

Le chef de canton du Sanmatenga, le Naaba Koom (stylo) paraphant l’acte de concrétisation de la remise de 5 ha d’espace.

Les populations du village de Tifou (Wayalguin), commune de Kaya, ont officiellement remis aux autorités coutumières du Sanmatenga et ses partenaires un espace de 5 hectares pour abriter un site de personnes déplacées internes de Kaya, le mardi 20 octobre 2020.

Les autorités coutumières de la province du Sanmatenga ont répondu à la préoccupation de logement des Personnes déplacées internes (PDI), venues des communes de Pensa, Foubé et Dablo. En effet, les populations de Wayalguin, dans le village de Tifou, commune de Kaya, ont, officiellement, remis, le mardi 20 octobre 2020 à Kaya, au chef de canton de Sanmatenga, le Naaba Koom, un espace de 5 hectares (ha) pour ériger des tentes au profit de ces PDI.

Pour le pionnier du projet, le Naaba Koom, cette initiative vise à renforcer la cohésion sociale et le vivre-ensemble entre les PDI et les populations-hôtes de son canton. « En réalité, ces familles éplorées sont retournées chez elles. Car, elles sont des nôtres », a-t-il souligné. Pour une bonne cohabitation entre ces deux composantes, des règles ont été établies. Pour le chef de canton du Sanmatenga, il s’agit, entre autres, du respect strict des us et coutumes sur ce site d’accueil, de l’obligation de remise systématique de la tente au moment de retour d’un déplacé interne dans son village d’origine.

« Il faut éviter absolument de courtiser les femmes des PDI ou des populations-hôtes », a-t-il prévenu. Pour le porte-parole des propriétaires terriens de Wayalguin, Seydou Pafadnam, par ailleurs conseiller municipal de Tifou, ce geste fait partie de l’hospitalité légendaire des Burkinabè. « Accueillir un étranger est un devoir moral pour nous », a-t-il renchéri. M. Pafadnam a mis l’occasion à profit pour égrener son chapelet de doléances, afin de permettre une meilleure condition de vie pour ces nouveaux locataires de ce site.

L’élu local a retenu, notamment les problèmes d’eau, de santé, de moulin d’égrenage pour les femmes, d’école et de formation au métier. D’ores et déjà, les partenaires humanitaires ont rassuré que ces préoccupations trouveront des solutions. « Nous promettons de faire de cet espace un site de référence, où nous allons équiper avec les autres services essentiels tels que l’eau, la santé, l’éducation des enfants », a indiqué le représentant adjoint de l’agence onusienne du Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR), Paul Pawni.

Et de poursuivre : « Nous sommes engagés dans ce processus pour absorber un tant soit peu le problème d’abris et de maisons spontanés que vivent la plupart des PDI dans les différentes localités d’accueil de la région du Centre-Nord, du fait des attaques terroristes ». A leur tour, les bénéficiaires ont exprimé leur joie. « Nous sommes fiers de voir la concrétisation de cet acte », a déclaré le représentant des PDI, Nongabamba Sawadogo. Le gouverneur de la région du Centre-Nord, Casimir Séguéda, a invité tous les autres chefs de canton du Burkina Faso à emboîter le pas de celui du Sanmatenga.

Emil Abdoul Razak SEGDA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.