Message de campagne du P.U.N.D

Peuple du Burkina Faso, le Parti pour l’Unité Nationale et le développement (PUND) adresse ses condoléances aux familles des victimes du terrorisme et souhaite prompt rétablissement aux blessés.
Peuple du Burkina Faso, l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 était l’aboutissement d’un autre élan après celui du 4 Août 1983 pour le peuple burkinabè de conduire son destin.
Ce rendez-vous manqué fut un échec chez les révolutionnaires qui ont manqué une fois de plus d’anticipation en vue de conduire une fois de plus notre peuple vers une indépendance totale.
En effet, durant les cinq (5) dernières années, les grognes sociales, la mauvaise gestion du foncier, les difficultés de mise en œuvre de la gratuité de la scolarité et des soins ont été suivies d’une insécurité jamais égalée.
Peuple du Burkina Faso, le Parti pour l’Unité Nationale et le Développement (P.U.N.D) ne saurait rester muet face à cette grogne sociale et à cette mauvaise gouvernance contraire aux visions révolutionnaires.
C’est pourquoi, le Parti pour l’Unité Nationale et le Développement (P.U.N.D) s’engage auprès des masses laborieuses pour lutter contre l’oppression et l’injustice dans toutes ses formes.
Pour ce faire, le Parti pour l’Unité Nationale et le Développement (P.U.N.D) se propose, s’il est élu à une majorité au soir du 22 novembre 2020, d’apporter des amendements aux lois suicidaires sur le foncier en proposant une loi qui protège les paysans des prédateurs,
– Planifier le loyer par une loi ;
– La gratuité des soins de la mère et de l’enfant devrait connaitre une mise en œuvre effective.
Une loi doit couvrir les coûts des consultations afin de permettre aux populations de pouvoir consulter dans les cliniques publiques et privées.

AU PLAN SECURITAIRE
Le Parti pour l’Unité Nationale et le Développement (P.U.N.D) salue et félicite nos forces de défense et de sécurité qui, au péril de leur vie, veillent à l’instauration de la sécurité.
Cependant, l’effectif de nos forces de défense et de sécurité doit être revu à la hausse,
v Un budget conséquent devrait être alloué au renseignement ;
v Un renforcement en logistique s’avère nécessaire ;
Peuple du Burkina Faso, l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 n’est qu’une étape de la lutte. La suite sera sans doute difficile et longue car la bourgeoisie politico–bureaucratique ne fera pas de cadeau et ira toujours aux manœuvres.

LA PARTIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.