Lutte contre le changement climatique:des journalistes mis à contribution

Le Conseil national pour le développement durable (CNDD), en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a organisé, le jeudi 5 novembre 2020 à Ouagadougou, un atelier pour des consultations inclusives des journalistes et communicateurs au titre de la Contribution déterminée au niveau national (CND) du Burkina Faso à l’impact du changement climatique.

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat de 2015, le Burkina Faso s’était engagé à réduire son taux d’émission de gaz à effet de serre à hauteur de 18,2% à l’horizon 2030. Après cinq ans, le pays des Hommes intègres veut renouveler ses engagements sur le climat. Dans ce sens, un atelier pour des consultations inclusives des journalistes et communicateurs pour une Contribution déterminée au niveau national (CND) du Burkina Faso s’est tenu, le jeudi 5 novembre 2020, à Ouagadougou. Il a été initié par le Conseil national pour le développement durable (CNDD), en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD). Pour le directeur de la coordination des conventions internationales au Secrétariat permanent du CNDD, Ibrahim Lankoandé, l’accord de Paris qui vise à contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2°C n’atteindra pas cet objectif sans un résultat robuste sur les CDN. Il a rappelé qu’à la lumière du rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, les contributions actuelles des Etats ne vont pas permettre l’atteinte de cet objectif. C’est conscient de ce constat, que M. Lankoadé a affirmé que le Burkina Faso s’est engagé à réviser sa CDN et à examiner la possibilité de rehausser ses ambitions de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, et ce, de façon inclusive et participative.

Des échanges interactifs

Selon lui, cette option du gouvernement burkinabè traduit sa volonté à jouer toute sa partition pour faire face aux défis que pose le changement climatique au niveau planétaire. Pour le point focal national de la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique, Do Etienne Traoré, cette activité va consister à consulter les acteurs impliqués dans les questions de changement climatique, notamment de la CDN du Burkina Faso. Il a indiqué que le présent atelier concerne particulièrement les journalistes et communicateurs et entre dans le cadre d’une série de consultations qui vise la révision de la CDN. Car, selon lui, sous l’accord de Paris, les Etats doivent réviser leur contribution chaque cinq ans. « Cet atelier va être un cadre d’échanges interactifs sur comment arriver à une meilleure implication des journalistes et communicateurs dans la mise en œuvre de la CDN », a laissé entendre M. Traoré. Pour le chef de l’unité résilience du PNUD, Martin Mbanda, le Burkina Faso étant membres du système des Nations unies, les efforts que font ses agences visent à accompagner le gouvernement sur les plans technique et financier afin que l’engagement du pays des Hommes intègres par rapport à la contribution déterminée se réalise. Il a souligné que la première version de la CDN du Burkina Faso n’avait pas permis une formation élargie aux journalistes et communicateurs pour accueillir les contributions d’où la tenue de cet atelier.

Adnan SIDIBE
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.