Mali : un pas vers la paix

Ouvert le 5 novembre 2020 à Niono, dans la région de Ségou, le forum sur la réconciliation communautaire s’est achevé après trois jours d’intenses pourparlers. Localité qui subit le diktat de la Katiba du Macina d’Amadou Koufa et en proie aux conflits communautaires opposants les chasseurs Dozo et les Peulh depuis quelques années, la nécessité d’agir pour un apaisement des cœurs s’imposait nécessairement. C’est ce que les nouvelles autorités maliennes ont compris en convoquant ces discussions. Quatre membres du gouvernement ont fait le déplacement de Niono pour prendre part à ce forum de la paix. Toutes les questions relatives au retour de la paix ont été évoquées avec l’ensemble des protagonistes, hormis les terroristes. « Désarmer tous les détenteurs illégaux d’armes », « assurer la protection des personnes et de leurs biens » et « multiplier les cadres de concertation intercommunautaire » dans le cercle de Niono sont, entre autres, les engagements qui ont été pris à l’issue des travaux. De manière générale, les participants ont applaudi cette initiative qui vise à ramener la quiétude au sein des communautés en conflit. Le gouvernement a été clair quant au désarmement des détenteurs illégaux d’armes, notamment les chasseurs dozos accusés d’exactions à
l’encontre des Peulh. Les autorités maliennes, conscientes que la crise sécuritaire a sérieusement ébranlé l’unité nationale, ont décidé d’intervenir auprès des communautés pour recoller les morceaux. Les nombreux crimes inhérents aux conflits communautaires perpétrés dans la localité de Niono ont choqué l’opinion au-delà des frontières du Mali. En agissant auprès des populations à la base et en les mettant face à face pour panser les plaies ouvertes, le gouvernement espère traiter sur une base égalitaire tout le monde. Confrontés à leurs responsabilités dans le délitement du tissu de la cohésion sociale, les protagonistes se sont mis dans des dispositions pour sortir des logiques radicales et de repli identitaire en vue de favoriser le retour de la paix. Vivant ensemble depuis des siècles au cours desquels des brassages indélébiles se sont tissés entre les communautés, celles-ci ont compris que la paix valait mieux que ces affrontements fratricides qui ont causé tant de désastres. L’optimisme affiché par la plupart des participants au forum de la réconciliation communautaire de Niono doit rimer avec une volonté manifeste de tous pour tendre vers la quiétude. Cela passe d’abord par l’acceptation du désarmement qui
pourra, à tout le moins, dissiper la méfiance qui s’est installée entre les groupes ethniques.
L’implication des autorités étatiques, des leaders religieux et communautaires dans les pourparlers doit se poursuivre pour mieux renforcer les sillons du retour de la cohésion sociale tracés à Niono. Le préalable au développement socioéconomique du Mali passe avant tout par une entente de ses fils et filles. C’est sur le socle de la stabilité, de l’unité nationale que ce pays pourra mieux affronter les défis actuels et futurs dans la sérénité.

Karim BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.