Le mouvement SENS opte pour un concert-meeting à Tampouy

Le mouvement SENS a organisé, dans la soirée du samedi 14 novembre 2020, un concert-meeting à Tampouy dans l’arrondissement 3 de Ouagadougou, en vue de mobiliser des militants pour les élections législatives du 22 novembre prochain.

Le mouvement SENS en lice pour les élections législatives a opté pour
un concert-meeting pour mobiliser des militants à Tampouy dans l’arrondissement 3 de Ouagadougou, dans la soirée du samedi 14 novembre 2020. Ainsi, des artistes burkinabè tels Tiness la déesse, Dézi Bofola, Ismo Vitalo, Issa Koundé, docteur Samad, Idriska, Idiss, Lanban-Djoro ont tenu les militants en haleine. Le candidat tête de liste du Kadiogo, Abdoulaye Diallo, a invité les militants à faire confiance au mouvement SENS pour le développement du pays. «Nous demandons surtout aux jeunes d’assumer leur responsabilité en choisissant de nouvelles personnes capables de répondre à leurs aspirations», a-t-il fait savoir. Il a promis défendre quatre projets de lois une fois élu à l’Assemblée nationale. Le premier projet de loi, a-t-il souligné, concerne les marchés publics. «Nous allons non seulement prendre des dispositions pour sanctionner sévèrement les travaux mal exécutés, mais aussi nous allons prévoir un quota pour les jeunes entrepreneurs dans l’attribution des marchés publics », a expliqué le candidat Diallo. A l’entendre, le deuxième projet de loi est relatif au foncier, c’est-à-dire œuvrer à arrêter l’accaparement des terres par des sociétés immobilières. « Nous allons aussi mettre sur la table, la question du mariage coutumier. Nous voulons que
le mariage coutumier soit reconnu au même titre que le mariage civil », a signifié M. Diallo. Le quatrième projet de loi, a-t-il mentionné, prévoit qu’une partie des financements des partis politiques serve à la formation des jeunes pour permettre leur participation active à la vie politique. Le porte-parole national du mouvement SENS, Angélin Poda, a rappelé le contexte de création du mouvement qui entend
«servir et non se servir ». Pour lui, le mouvement SENS signifie le don de soi pour son pays. «Nous allons travailler avec intégrité afin de réaliser les vœux du peuple burkinabè», a rassuré M. Poda.

Kowoma Marc DOH

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.