Me Farama invite les populations du Nord à opérer : « l’insurrection électorale »

Ambroise Farama « La démocratie vous donne le pouvoir de sanctionner le candidat Roch Marc Christian Kaboré de sa gestion du pouvoir»

Le candidat à l’élection présidentielle, Ambroise Ségui Farama de l’Organisation des peuples Africains – Burkina Faso (O.P.A-BF) a expliqué son projet de société à l’électorat de la région du Nord, le 16 novembre 2020 à Ouahigouya.

Plus que 3 jours pour les candidats aux élections couplées de 2020 de convaincre l’électorat pour le scrutin du 22 novembre prochain. C’est donc la course dans les différentes localités. Ce 16 novembre 2020, le candidat de l’Organisation des peuples Africains – Burkina Faso (O.P.A-BF), Ambroise Ségui Farama est venu présenter son programme de société aux populations de Ouahigouya.

Dans le programme, sa priorité est de libérer le Burkina Faso des mains des forces du mal. «Nous devons travailler à reprendre le pays en main, à défendre l’intégrité de notre territoire et à assurer la cohésion sociale car un tiers du territoire du Burkina n’est plus contrôlé. On se retrouve aujourd’hui avec plus de 2000 personnes tuées, 2500 écoles fermées, 350 000 élèves qui ne peuvent plus y aller et un million de Burkinabè déplacés » a-t-il souligné. Pour lui, c’est parce la jeunesse est sans emploi qu’elle est recrutée et instrumentalisée à prendre les armes pour attaquer leurs propres frères.

Le candidat compte créer des unités de transformation dans toutes les régions du pays, toute chose qui va résorber cette question d’employabilité. Cependant, « la jeunesse doit être responsable et comprendre que la lutte armée n’est pas la solution. Une fois au pouvoir, nous allons faire en sorte que tous les Burkinabè soient traités de la même façon, aient les mêmes droits et avantages car certains se sentent oubliés» a indiqué Me Farama, pour qui « les populations ne veulent plus de la gouvernance du MPP qui refuse de reconnaître l’existence d’un problème ». «Nous sommes obligés de chasser le candidat Roch le 22 novembre en opérant une insurrection électorale » a-t-il déclaré. Une fois le pays libéré, il faut s’attaquer aux grands chantiers de développement. Selon Me Farama, le développement commence par la commune, par le milieu rural car 80% des populations y vivent.

La femme au cœur du programme

La population sortie pour apprécier le programme du candidat OPA-BF

«La solution c’est l’accompagnement du monde rural. Il va se faire par la création d’une banque agricole. Nous allons donc permettre au monde paysan de s’organiser en groupement et avoir accès aux crédits pour l’entrepreneuriat » a declaré M. Farama. « La révolution » d’un Burkina Faso nouveau sera axée sur la femme parce que quand celle-ci a des ressources, cela profite à toute la famille. « C’est pourquoi, nous allons donner des crédits aux femmes en vue de mener leurs activités génératrices de revenus » a précisé Me Farama. L’équipement des hôpitaux, l’accès à l’eau potable, la construction des écoles, ce sont, entre autres, des projets à réaliser pour le développement du pays.

Le candidat Farama compte avoir ces ressources dans la production minière. « L’or du Burkina Faso suffit pour développer la nation. Une fois à Kosyam, l’or du Burkina sera exploité par les Burkinabè pour les Burkinabè dans leur intérêt» a-t-il ajouté. C’est pourquoi, il a demandé à la population le jour du scrutin de non seulement le voter mais aussi voter pour les candidats à la députation de la province du Yatenga à savoir Fatoumata Farama, Salamata Belem, Siki Traoré et Souleymane Tall. « En toute conscience et humilité, je vous demande de me voter car c’est ensemble que nous allons réaliser cette révolution tant attendue » a-t-il exhorté.

Fleur BIRBA
fleurbirba@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.