Inclusion et équité: L’expérience ougandaise expliquée aux OSC du Burkina

Le Groupe technique santé de la reproduction GT/SR a organisé un atelier de restitution de l’expérience acquise en Ouganda par ses membres en matière d’inclusion et d’équité dans les actions de développement, le mardi 17 novembre 2020, à Ouagadougou.

Travailler à une meilleure prise en compte de l’inclusion et de l’équité dans les actions de développement, est l’une des initiatives du Groupe technique santé de la reproduction (GT/SR). En effet, un atelier de restitution a été organisé, le mardi 17 novembre 2020, à Ouagadougou au cours duquel l’expérience acquise par les membres du groupe en Ouganda sur la question a été restituée. Cette initiative a permis aux bénéficiaires de ladite expérience de les partager avec les différents acteurs œuvrant dans le domaine d’inclusion et d’équité dans les actions de développement au Burkina Faso. Pour le chargé de communication et du plaidoyer de l’Association burkinabè pour le bien être familiale (ABBEF), Youssouf Ba, c’est dans le cadre du projet« Activité d’amélioration de la performance des politiques et stratégies Droits et santé sexuelle et de la reproduction (DSSR) en Afrique de l’Ouest et en Afrique Australe » qu’ils ont pris part à cette visite d’échange et d’apprentissage en territoire ougandais. Il a indiqué que cette « excursion » leur a permis d’en apprendre davantage sur le système mis en place au niveau du parlement ougandais pour garantir l’inclusion et l’équité dans toutes les actions du gouvernement. « Notre séjour a consisté, entre autres, à des séances de travail avec l’honorable Safia Nuelo Juuko, femme vivant avec un handicap, leader qui défend la cause des personnes en situation de  handicap, et des échanges au parlement ougandais avec la présidente de l’Assemblée nationale de l’Ouganda » a fait savoir M. Ba.

Pour le chef de file du GT/SR, Simplice Séraphin Toé, cette rencontre vise à partager avec les acteurs de la société civile et de l’exécutif burkinabè l’expérience du parlement ougandais en matière de prise en compte de l’inclusion et de l’équité dans le contrôle des actions du gouvernement. Il a indiqué qu’il s’est aussi agi de faire le point sur la prise en compte de l’inclusion et de l’équité dans l’élaboration et la mise en œuvre des plans et programmes de développement afin de mener des réflexions pour améliorer parallèlement l’expérience ougandaise sur les actions à entreprendre au Burkina Faso. « Le choix de l’Ouganda se justifie par le fait que ce pays paraissait être un exemple en matière d’inclusion et d’équité dans les projets de développement », a expliqué M. Toé. Pour la Conseillère d’éducation féminine au ministère en charge de la femme, Sabine Sawadogo, par ailleurs participante à cet atelier, cette activité est salutaire. Cela va permettre, selon elle, de combler leur connaissance dans le domaine de l’inclusion et d’équité. Mme Sawadogo a soutenu que ces questions sont prises en compte dans les différentes stratégies et programmes. Elle a relevé qu’avoir de bonnes pratiques va contribuer à une meilleure mise en œuvre des projets de développement.

 

Adnan SIDIBE

(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.