Kadré Désiré Ouédraogo, confiant pour occuper Kosyam

Le candidat à l’élection présidentielle du Mouvement « Agir ensemble », Kadré Désiré Ouédraogo, a animé un meeting, le jeudi 19 novembre 2020 à Ouagadougou.

C’est aux cris « KDO, Kosyam ! », « KDO, victoire ! », « Agir ensemble à l’Assemblée nationale », « Agir ensemble, victoire ! » que le candidat à l’élection présidentielle, Kadré Désiré Ouédraogo (KDO) a été accueilli à la place de la Nation à Ouagadougou pour son meeting, le jeudi 19 novembre 2020. Accompagné par des pas de danse de ses partisans, le champion du Mouvement « Agir ensemble » a fait le tour des stands pour un bain de foule. Une fois KDO installé, le meeting débute par l’intervention du représentant des chefs coutumiers. Toud Naaba, par ailleurs candidat aux élections législatives, a rassuré l’ancien Premier ministre que les militants et sympathisants du Mouvement « Agir ensemble » ainsi qu’une coalition de 11 partis politiques sont prêts à l’accompagner à Kosyam.

« Le soir du 22 novembre 2020, nous allons vous accompagner à Kosyam, car vous avez l’expérience et un bon programme de société », a-t-il rassuré. Pour le représentant des jeunes, Hyppolite Somé, la place de la Nation est un lieu historique et c’est pourquoi elle a été choisie en guise de signe de victoire de Kadré Désiré Ouédraogo à la présidentielle pour la tenue du meeting. « Avec KDO, la paix reviendra au Burkina Faso et nous devons le voter massivement », a-t-il lancé. La représentante des femmes, Sylvie Drabo, a laissé entendre qu’un travail de mobilisation a été fait pour que les militantes et sympathisantes du Mouvement « Agir ensemble » fassent un vote utile.

« La marche victorieuse pour accompagner KDO à Kosyam a commencé à Kaya avec le premier meeting. A Ouagadougou, nous sommes à la porte de la présidence et nous attendons le soir du 22 novembre pour installer notre candidat dans le fauteuil présidentiel », a-t-elle soutenu. Confiant pour sa victoire, Kadré Désiré Ouédraogo qui estime que le pays va mal propose au peuple burkinabè un chemin nouveau pour relever les défis économiques et sociaux. « Cette nouvelle approche est basée sur la liberté et le respect des droits humains, la bonne gouvernance, mais aussi, sur la solidarité et le développement économique accéléré », a-t-il dit. L’ancien président de la commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a décliné les grands axes de son programme. « L’homme étant à l’origine et à la finalité de tout processus de développement, nous avons érigé l’éducation au rang des priorités des priorités », a-t-il confié.

Revaloriser la fonction enseignante

A en croire M. Ouédraogo, il est indispensable que la jeunesse bénéficie d’une éducation de qualité afin de résoudre le problème de chômage. « Il nous faut revaloriser la fonction enseignante, accroître les infrastructures scolaires et universitaires et réviser les curricula pour que l’éducation que nous donnons à nos enfants leur permette d’acquérir le savoir et le savoir-être », a-t-il précisé. La santé est le deuxième grand chantier du développement humain du natif de Boussouma, dans le Sanmatenga.

« La rénovation et la modernisation des plateaux techniques de nos hôpitaux, le redécoupage de la carte sanitaire et le renforcement de la lutte contre les grandes endémies et les maladies émergentes ainsi que la construction des hôpitaux militaires et civils et la formation du personnel médical font partie de mon programme », a-t-il annoncé. Il ajoute que la protection de l’environnement, la culture, les arts et le sport complètent ce tableau pour avoir des hommes et des femmes épanouis. En matière d’infrastructures, Kadré Désiré Ouédraogo promet le bitumage de 2 400 km de voies urbaines et 4 154 km de routes interurbaines ainsi que la réalisation de 3 700 km de pistes rurales. La couverture du territoire national en électricité en misant sur l’apport de l’énergie solaire, la construction de mini barrages et des pompes à motricité humaine, la modernisation de l’agriculture et de l’élevage, l’amélioration du climat des affaires font aussi partie du programme du candidat.

KDO reconnaît qu’au regard de la situation nationale, ses promesses ne seront pas tenues s’il n’y a pas la sécurité et la bonne gouvernance, la réconciliation nationale et la cohésion sociale. « Nous faisons de ces domaines, le socle de notre politique économique et sociale car, il n’y a pas de développement sans paix et sans sécurité », a-t-il souligné.

Timothée SOME
timothesom@yahoo.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.