La promesse du « coup KO » des forces vives du Centre à Roch Kaboré

Le candidat à sa propre succession, Roch Marc Christian Kaboré,  a échangé avec les forces vives de la région du Centre le 20 novembre 2020, à Ouagadougou. Ces dernières lui ont promis une victoire au 1er tour.

Avant le meeting du stade du 4 août à Ouagadougou dans l’après-midi du 20 novembre 2020, le président-candidat Roch Marc Christian Kaboré, s’est entretenu avec les forces vives  de la région du Centre. Les échanges se sont déroulés principalement autour des élections présidentielle et législatives. Les forces vives ont pris l’engagement d’assurer une victoire au 1er tour au président sortant. Avant de donner la parole aux différents intervenants, le président du Faso a remercié l’assistance pour sa mobilisation à la rencontre, signe de son engagement pour sa réélection. Il a confié que la lutte contre le terrorisme durant son premier mandat a coûté beaucoup de pertes en vies humaines, matérielles et occasionnée de nombreux déplacés internes. A l’occasion, une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes du terrorisme. En dépit de cet impondérable, Roch Marc Christian Kaboré, a indiqué qu’il s’est évertué à améliorer les conditions de vie des populations.  Pour répondre à la fronde sociale, a-t-il détaillé, 120 milliards de F CFA ont été débloqués. « Nous aurons voulu mieux faire, mais nous ne pouvons faire que ce que le budget nous autorise. Nous avons déboursé 178 milliards pour le plan de riposte contre la Covid-19 et consacré 100 milliards de F CFA pour la relance économique. Partout où nous sommes passés durant cette campagne, nous avons constaté que nombreuses réalisations ont été faites », a déclaré le président du Faso. Pour lui, la mobilisation lors de ses tournées indique que la victoire sera effective au soir du 22 novembre. « Nos adversaires sont en perte de vitesse. Certains ont commencé à renifler des odeurs de fraudes alors que le vote n’a pas encore eu lieu. Il faut les comprendre : avant que le poulet ne meurt, il faut qu’il s’agite un peu », a soutenu le président-candidat. Et de promettre qu’il va continuer de mener le combat pour la sécurité du pays.  A l’entendre, ceux qui prétendent négocier avec les terroristes ont une méconnaissance du problème. Pour l’ensemble des intervenants, le premier quinquennat du président a été couronné de succès en dépit de la crise sécuritaire qui a bouleversé l’agenda du chef de l’Etat.

Les représentants des anciens, des femmes, des jeunes, du secteur privé et du patronat ont tous salué « la pondération, le calme et le sens du consensus du candidat » qui montrent qu’il est « un homme d’Etat ». Saluant les efforts enregistrés durant le quinquennat dans les domaines de la santé, de l’éducation et des infrastructures, ils ont soumis des doléances relatives au lotissement dans la capitale Ouagadougou, à la réhabilitation de la morgue du CHU-Yalgado Ouédraogo, la construction d’un laboratoire d’analyses, l’accès des femmes aux crédits… Le patronat a souhaité l’activation du cadre de dialogue patronat-Etat initié en 2017 une fois que le président sera réélu. A ces différentes préoccupations, le chef de l’Etat a invité l’ensemble des forces vives de la région du Centre à « s’armer de courage et de détermination pour avancer ». Selon lui, c’est dans l’effort collectif que le Burkina Faso viendra à bout l’hydre terroriste. « Pour l’autonomisation des femmes, un fonds national des finances inclusives sera mis en place. Concernant le lotissement, il va falloir mettre en place une bonne organisation pour arrêter la surenchère dans la vente de terres. Nous allons travailler également à l’assainissement des zones non-loties… », a promis Roch Marc Christian Kaboré. Il a invité les participants à aller voter « massivement » le dimanche 22 novembre 2020.

Karim BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.