Ce que des personnalités ont dit

Newton Ahmed Barry, président de la CENI : « Les difficultés rencontrées dans les bureaux de vote seront résolues au fur et à mesure ».

Plusieurs personnalités et leaders de la société civile ont accompli leur devoir civique en divers endroits de la capitale, hier dimanche 22 novembre 2020.

Parmi les personnalités à avoir voté de bonne heure, hier dimanche 22 novembre 2020, figure le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry. Celui-ci a accompli son devoir civique au bureau de vote n°6 à
l’école Toudbwéogo « A » dans l’arrondissement n°4 de Ouagadougou, à 6 heures 15 minutes. Arrivé une dizaine de minutes plutôt sur les lieux, le premier responsable de l’organe chargé de l’organisation des élections a fait le tour de deux bureaux de vote, avant de passer à l’acte.

Il a constaté sur place, l’absence de certains membres de bureaux, pour ensuite demander leur remplacement conformément à la loi. M. Barry a rassuré que les difficultés constatées çà et là seront levées au fur et à mesure dans le courant de la journée. Il a rappelé, à l’occasion que la dernière estimation sécuritaire en date du 14 novembre dernier, indique que 1 300 bureaux de vote ne devront pas s’ouvrir.

M. Simon Compaoré, président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), a été le premier à voter dès 6 heures au bureau de vote n°12 à l’école apostolique à Gounghin en face de son domicile. « Je suis très heureux en cette journée dominicale d’avoir pu m’acquitter de mon devoir citoyen, qui est de participer au choix du futur président et de désigner les députés qui vont animer l’Assemblée nationale. Je souhaite que tous se mobilisent pour venir accomplir cet acte, car cela n’arrive pas tous les jours », a-t-il confié à sa sortie du bureau de vote. Indiquant avoir mis du temps pour
trouver son nom sur la liste, M. Compaoré a souhaité beaucoup de courage aux agents chargés des opérations électorales.

« Je souhaite que le calme constaté perdure jusqu’à la clôture des bureaux de vote », a-t-il conclu. Accompagné de son épouse et de ses enfants, le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a voté autour de 8 h 55 minutes au bureau n°4 de la crèche maternelle Kangourou à Ouaga 2000. Une fois son vote effectué, il a appelé l’ensemble des Burkinabè, de l’intérieur comme de l’extérieur, à faire valoir leur droit de vote. De plus, M. Sakandé a souhaité que l’ensemble des acteurs politiques œuvrent tous, comme pendant la campagne électorale, pour un scrutin apaisé. « Nous les acteurs politiques devrons être les premiers à appeler les Burkinabè au calme et à la retenue », a- t- il insisté.

« Le vote est un acte citoyen »

Mathias Tankoano, président du CSC : « Je salue le rôle des médias dans le processus électoral ».

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a glissé ses deux bulletins dans les urnes, à 8 heures 30 minutes, dans le bureau de vote n°2 à l’école Dassasgho « B » à Ouagadougou. «Le vote est un acte citoyen qui doit contribuer à renforcer la démocratie», a affirmé le chef du gouvernement à l’issue de son vote. Aussi, a-t-il invité tous ceux qui disposent de leurs cartes d’électeur, à aller voter. «Je souhaite que nous puissions aller au bout de ce processus avec la certitude que c’est le Burkina Faso qui gagne et que nous aurons une démocratie apaisée qui va continuer à progresser pour le bonheur du peuple burkinabè», a renchéri le Premier ministre. Pour l’issue des votes, il a déclaré que «c’est le peuple qui décidera».

Tout comme le chef du gouvernement, le président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mathias Tankoano, a également accompli son devoir citoyen. Il l’a fait au bureau de vote n°8 de l’école primaire de Sanyiri, aux environs de 9h 30 mn. « Je rends d’abord grâce à Dieu pour avoir permis à notre pays de pouvoir tenir ces élections, dans la paix et la joie, surtout dans un contexte aussi difficile », a-t-il déclaré après son vote. Il a, par la suite, traduit la gratitude de son institution à l’endroit des hommes et femmes des médias pour le rôle « combien central » qu’ils jouent pour un processus électoral paisible.

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a accompli son devoir citoyen dans le même établissement que le chef du gouvernement, mais dans le bureau n°6. Il a invité les Burkinabè à voter et à attendre « sagement » le verdict des urnes. «Au regard de l’engouement des Burkinabè sur le terrain, nous sommes convaincus qu’à la fermeture des bureaux de vote, c’est le président Kaboré qui sera réélu. Avec lui, nous serons dans une dynamique de cohésion sociale et de développement », a dit le ministre Kaboré.

Son homologue de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo, tête de liste du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) dans la province du Sanmatenga, a été le premier à voter au bureau n°6 à la garderie populaire au secteur n°4 de Kaya. «La politique, ce n’est pas la guerre, c’est un débat d’idées. Que le meilleur gagne » ! a-t-il mentionné, après son vote. «Nous avons le devoir de faire en sorte que le Burkina Faso puisse avoir une stabilité pour pouvoir se développer», a souligné le ministre Bachir Ouédraogo. «Quels que soient les résultats, je serai fier d’être Burkinabè», a-t-il dit.

Tête de liste du MPP dans le Mouhoun à la députation, le ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro, a voté à l’école centre « A » de Dédougou. Il a salué la tenue des élections au regard des défis sécuritaires, sanitaires et la fronde sociale. « Nous sommes content de constater que la campagne s’est bien déroulée, à l’exception des deux incidents malheureux, l’assassinat de 14 de nos soldats et du chauffeur d’un député dans le Sahel », a regretté le ministre Ouaro qui a demandé aux populations de faire le bon choix, celui de la paix, de la raison et du développement du pays.

Le gouverneur de la Boucle du Mouhoun, Sié Edgard Sou, a accompli son devoir civique sur le même site que le ministre Ouaro. «Toutes les dispositions ont été prises pour que tout se déroule normalement dans la région », a-t-il rassuré, tout en appelant les différents candidats au fair-play.

Le Premier ministre, Christophe Dabiré : « C’est le peuple qui décidera ».

Le gouverneur de l’Est, le colonel Saïdou Toussaint Prosper Sanou, s’est également soumis à l’exercice à l’école Hamtiouri, l’un des bureaux de vote du secteur n°3 de la ville de Fada, à 6 h 35 minutes. « Le vote est l’expression de notre désir de participer à la gouvernance nationale parce que c’est quand vous déposez le bulletin dans l’urne que vous avez le droit d’interpeller le gouvernement sur certaines questions», a-t-il déclaré.

Pour des élections apaisées

Pour lui, l’abstention est à bannir, car elle ne permet pas de bien mesurer la volonté populaire. Quant aux inquiétudes relatives à la situation sécuritaire dans la région de l’Est, le colonel Sanou a invité les populations à ne pas céder à la panique.
«Aucun bureau de vote ne sera suffisamment sécurisé. Aucune partie du monde ne l’est d’ailleurs. C’est notre capacité de résilience qui est la seule arme de sécurité », a-t-il fait savoir.

Son homologue du Centre-Nord, Casimir Séguéda, a voté au bureau n°3 du lycée provincial Moussa-Kargougou de Kaya, où sont inscrits 288 votants. Après cet acte majeur, il a souligné que voter, c’est exprimer son devoir civique pour le renforcement de la démocratie au Burkina Faso. Il a ensuite visité les cinq bureaux de vote de l’école primaire communale « A » et ceux de la Gare routière de Kaya (GRK). «Dans l’ensemble, tout se déroule normalement», s’est-il réjoui. Le gouverneur Séguéda a rassuré que toutes les dispositions sécuritaires ont été prises pour le bon déroulement du vote dans sa circonscription.
La gouverneure de la région du Centre-Ouest, Irène Coulibaly, a accompli son devoir civique à 8h, dans le bureau n°3 à l’école primaire privée évangélique n°1 de Koudougou.

Elle dit avoir posé un acte patriotique, pour participer à la vie politique et économique du pays. « C’est pour moi, une obligation de venir accomplir ce geste et j’invite toute la population de la région du Centre-Ouest, tous ceux qui se sont inscrits sur les listes électorales, à voter», a avancé Mme Coulibaly.
Celui du Nord, Justin Somé, à l’issue de son vote, a « invité tous les électeurs, en âge de voter, à venir accomplir leur devoir civique, car c’est une opération qui se déroule une fois tous les cinq ans. Dans l’ensemble de la région, tout se passe bien. Nous souhaitons qu’il n’y ait pas de heurts. C’est pourquoi, j’en appelle à la responsabilité des électeurs», a-t-il soutenu.

Tête de liste du MPP dans le Boulgou aux législatives, le Secrétaire permanent (SP) du 11-Décembre, Khalil Boukari Bara, a rempli son devoir citoyen au bureau de vote n°2 à l’école Béguédo «A» à 8h50 minutes. «J’ai un sentiment de satisfaction, parce que j’ai accompli mon devoir civique. Je me suis inscrit pour être candidat dans le but d’être élu et de participer à la vie économique et sociale de notre pays. Cela suppose un engagement véritable de notre part à servir le peuple », a-t-il souligné.

Le maire de Ouahigouya, Basile Boureima Ouédraogo, après son vote, a déclaré :« Je viens d’accomplir un acte citoyen. Jusqu’à présent, il n’y a aucun problème que nous avons constaté par rapport au déroulement du scrutin. Tout se passe bien. J’invite les populations de la commune de Ouahigouya à venir voter massivement pour choisir librement leurs dirigeants ».

L’archevêque de Ouagadougou, le cardinal Philippe Ouédraogo, qui a voté aux environs de 16 heures à l’école « Tang-Zugu » à Koulouba, a déclaré : « Je suis venu m’acquitter de

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a voté en compagnie de sa famille.

mon droit et mon devoir citoyen et contribuer à la consolidation de la démocratie dans mon pays. J’ai présidé des messes dans des paroisses et j’ai exhorté les chrétiens à trouver les moyens de venir s’acquitter de leur droit et devoir. C’est un message très fort. Nous sommes à une étape très importante de notre démocratie ».

Pour l’église, a-t-il fait observer, tout autorité n’est rien d’autre qu’un service. « Nous souhaitons que les uns et les autres participent à ces élections pour nous donner les hommes et les femmes qu’il faut », a ajouté le prélat qui a souhaité «voir des hommes qui servent et non se servir pour accéder aux affaires. Nous avons accompagné ce processus par la prière aussi bien les protestants, les musulmans, les catholiques que les traditionnels. Nous souhaitons que tout se passe dans la paix », a-t-il déclaré. L’artiste-musicien Smockey, à l’état-civil Serge Bambara, par ailleurs membre fondateur du mouvement Le Balai Citoyen, a voté au bureau de vote n°6 de l’école « Saints Anges » à Ouagadougou.

«Je souhaite que nous ayons des élections confraternelles, que tout le monde pense à l’avenir de notre pays que nous aimons tous tant. Que tout se passe dans la transparence avec un maximum de votants et que les résultats ne soient pas contestés », a-t-il formulé. Pour lui, « si voter est un acte patriotique qui participe à la construction du pays, cela doit se faire sans haine, injures, sans animosité ni inimitié ».

Synthèse de la Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.