Faible affluence dans l’après-midi, à l’arrondissement n°4 de Ouaga

A trois heures de la fin du scrutin, à l’instar du bureau de vote n°5 de l’école Somgandé « B », l’affluence était faible.

Dans l’après-midi du 22 novembre 2020, à quelques heures de la fin du vote, les représentants des partis politiques et des candidats étaient les plus nombreux dans les bureaux de vote. Globalement, les présidents ont fait état du bon déroulement du scrutin.

3 heures environ avant la fin du scrutin du 22 novembre 2020, tout semble s’être bien déroulé dans les 28 bureaux de vote visités au secteur n°19 de l’arrondissement n°4 de la ville de Ouagadougou. Aucun incident majeur n’est à signaler, à en croire les différents présidents de bureaux de vote. « Tout s’est bien passé », commente Jean Rodrigue Compaoré, président du bureau de vote n°1 de l’école Somgandé « B ».

Le manque de petit matériel signalé plus tôt dans la matinée s’est poursuivi tout au long du scrutin. Toutefois, selon les responsables, les opérations de vote se sont déroulées correctement. Néanmoins, aux bureaux installés au CSPS de Somgandé, une divergence dans l’interprétation des personnes concernées par le vote dérogatoire a failli
priver les représentants des partis de remplir leur devoir civique. Grâce à la vigilance du président du bureau de vote n°4, l’incident a vite été clos.

En effet, sur leur mandat, le tampon de la commission électorale indépendante d’arrondissement est la mention qui leur donne quitus pour le vote par dérogation. Preuve que les consignes de sécurité ont été respectées à la lettre, une journaliste s’est vu confisqué son téléphone. Arrivée sans accréditation, elle a été interpellée par l’équipe de la sécurité alors qu’elle réalisait des interviews. La journaliste a pu récupérer son téléphone et retrouver sa liberté après les explications du responsable de l’organe de presse venu à son secours.

Alors que dans les différents bureaux, le nombre des représentants de partis politiques dépasse celui des électeurs, le cas du bureau de vote n°4 de l’école Somgandé est inédit. Une longue file d’attente était visible aux alentours de 16h45. Cette situation a stressé davantage la présidente de bureau. « Nous avons pourtant ouvert à 6h comme tout le monde mais à l’heure-là, nous avons chaud », confie-t-elle, inquiète face à la perspective du dépouillement. Les électeurs, quant à eux, étaient un peu impatients, à l’image de Clarisse Ouédraogo. « Je ne suis pas sûre de pouvoir voter, parce que j’ai d’autres engagements et l’attente est longue. Ce matin après l’église, je suis venue une première fois et j’ai renoncé à la vue de la queue. Je constate ce soir que c’est toujours la même chose », explique-t-elle.

 

Nadège YE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.