Les observateurs de la CEN-SAD satisfaits du dispositif électoral

La présidente du groupe des observateurs de la CEN-SAD, N’Djiore N’Diaye (milieu) « Nous allons surveiller le taux de participation ».

La Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD), à travers ses observateurs pour les élections présidentielle et législatives au Burkina Faso, a animé un point de presse, le vendredi 20 novembre 2020 à Ouagadougou, pour apprécier le dispositif du processus électoral mis en place.

La Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) va prendre part au processus électoral à travers 15 observateurs. En effet, dans le cadre des élections présidentielle et législatives, elle a animé une conférence de presse, le vendredi 20 novembre 2020, à Ouagadougou. Selon la présidente du groupe des observateurs de la CEN-SAD, N’Djiore N’Diaye, la délégation, dès son arrivée, a échangé avec la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et le Conseil supérieur de la communication (CSC).

A l’en croire, les conditions d’un bon déroulement du processus électoral sont respectées. Pour N’Djiore N’Diaye, la CENI est non seulement paritaire, mais tous les acteurs ont été d’accord pour sa composition. Ce qui, de son avis, n’est pas le cas dans d’autres pays.
« Le deuxième point est que les parties prenantes sont d’accord sur le fichier électoral. Le troisième aspect essentiel est le pacte que personne n’a voulu rompre. Un pacte de bonne conduite que tous les acteurs ont observé jusqu’à ce jour.

Nous avons toutes les chances d’avoir des élections crédibles, transparentes et apaisées, malgré l’existence des zones rouges qui constituent les 20% de bureaux de vote sur le territoire national », a-t-elle apprécié. En ce qui concerne la proclamation des résultats au lendemain du vote, Mme N’Diaye a laissé entendre que ce serait formidable si la CENI parvenait à atteindre cet objectif. Dans le même ordre d’idée, le président de la CENI du Mali, Amadou Ba, par ailleurs membre de l’équipe des observateurs de la CEN-SAD, a dit être confiant de la disponibilité des résultats à temps, car le Burkina Faso en a l’expérience.

« J’espère que les résultats seront acceptés par tout le monde. De ce que j’ai entendu à la radio et vu à la télévision, on s’est rendu compte que tout le monde veut participer au scrutin. Les citoyens ont formulé des appels pour que le scrutin se déroule dans la paix. Cela veut dire qu’ils veulent exprimer leur devoir républicain», a déclaré Mme N’Diaye. Et d’ajouter que plus le taux des résultats sera élevé, plus les résultats seront cré-dibles.

A la question de savoir comment va se déployer l’équipe des observateurs de la CEN-SAD, la porte-parole de la délégation a fait savoir que les 15 membres iront dans les endroits où le gouvernement burkinabè aura organisé la présence des observateurs. Il s’agit, entre autres, des régions du Plateau central, du Centre-Sud et du Centre-Ouest. « A part cela, nous sommes libres de nous entretenir avec tous les acteurs de la vie politique burkinabè », a-t-elle ajouté.

En rappel, la CEN-SAD regroupe 25 Etats africains du pourtour du Sahara et du Sahel. Elle a été créée le 4 février 1998 à Tripoli (Libye). L’organisation a pour objectifs notamment, l’établissement d’une union économique globale, la libre circulation des personnes, des capitaux et des intérêts des ressortissants des Etats membres et l’harmonisation des systèmes éducatifs, pédagogiques, scientifiques et culturels dans les différents cycles de formation.

Paténéma Oumar OUEDRAOGO
Mlalata Couldiati
(Stagiaire)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.