Processus électoral : Le satisfecit des observateurs internationaux

Le président de la CENI, Newton Ahmed Barry (milieu), a expliqué le processus de compilation et de centralisation des résultats.

Les observateurs internationaux accrédités pour la supervision des élections couplées ont échangé avec le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le vendredi 20 novembre 2020 à Ouagadougou, sur les préparatifs du scrutin.

Dans le cadre de la supervision des élections couplées du 22 novembre, des missions d’observation internationales ont été accréditées au Burkina Faso afin de suivre le déroulement du processus. Dans l’optique de mieux s’imprégner du dispositif mis en place en vue de ces élections, les chefs des délégations des observateurs internationaux ont échangé avec le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le vendredi 20 novembre 2020, à Ouagadougou.

Parmi ceux-ci, l’on note les représentants de l’Union africaine (UA), de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), de la Communauté des Etats sahélo- sahariens (CEN-SAD) et du Conseil de l’entente. Le président de la CENI, Newton Ahmed Barry, qui avait à ses côtés, le président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mathias Tankoano, est revenu sur l’ensemble des dispositifs mis en place pour la réussite du scrutin. Il a fait savoir que tout se déroule correctement.

Sauf, a-t-il relevé, le contexte sécuritaire qui va contraindre 15 communes du pays à ne pas pouvoir exercer leur droit civique. Le chef de la délégation de la mission d’observation de l’Union africaine, Kabine Komara, s’est réjoui qu’à quelques jours des élections, aucun incident majeur n’ait encore été relevé de nature à remettre en cause le bon déroulement du processus. Toute chose qui, de son point de vue, est à l’actif de la classe politique. « Le consensus autour de la CENI, l’accord sur le fichier électoral et la signature du pacte de bonne conduite sont des éléments qu’il faut saluer, ici, au Burkina », a indiqué l’émissaire de l’UA. Ils ont tous émis le vœu que les élections se tiennent dans un climat apaisé afin de consolider les acquis démocratiques au Burkina. M.Barry a, du reste, traduit la disponibilité de la CENI à accompagner toutes les délégations d’observation présentes pour la réussite de leur mission.

Soumaïla BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.