Elections présidentielle et législatives Les observateurs du Conseil de l’Entente saluent le « bon déroulement » du scrutin

La mission d’observation électorale du Conseil de l’Entente a animé une conférence de presse, le mercredi 25 novembre 2020 à Ouagadougou, sur le déroulement des élections du 22 novembre dernier.

De façon générale, le scrutin du 22 novembre s’est bien déroulé dans les bureaux de vote. Telle est la conviction des membres de la mission d’observation électorale du Conseil de l’Entente. Selon le chef de mission, Koummabou Fandjinou, des éléments de satisfaction ont été constatés dans les différents bureaux. Il s’agit de l’accessibilité de la majorité des bureaux de vote, du calme et de la sérénité générale qui ont régné, de la maîtrise du processus électoral. « A cela s’ajoute le bon fonctionnement des bureaux de vote, le respect du secret de vote, la présence remarquable des femmes au sein du personnel et parmi les électeurs, la présence des observateurs nationaux et internationaux et la présence des Forces de défenses et de sécurité », a-t-il ajouté. Toutefois, des irrégularités ont aussi été notifiées par les observateurs du Conseil de l’Entente, notamment l’ouverture tardive de certains bureaux et l’acheminement tardif du matériel électoral. C’est pourquoi, des recommandations ont été faites pour l’amélioration des prochains scrutins. Pour M. Fandjinou, il est nécessaire de continuer à renforcer la capacité du personnel électoral, de veiller à l’acheminement à temps du matériel électoral, de renforcer le dispositif d’éclairage dans les bureaux de vote, notamment dans les localités rurales et d’envisager le vote par anticipation des forces de sécurité pour leur permettre de se consacrer entièrement à la sécurisation des lieux, le jour du scrutin. En sus, la mission a invité tous les partis et acteurs politiques à attendre dans le calme, la proclamation des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et ceux définitifs par le Conseil constitutionnel. « Après recourir exceptionnellement aux voies légales dans le cas de contestation de ces résultats », a-t-il laissé entendre. A la question de savoir si les irrégularités n’entachent pas la crédibilité des élections, le directeur du département de la coopération politique, de la paix et de la sécurité du Conseil de l’Entente, Issa D. Moko, a fait savoir que dans les pays, il est rare qu’une élection se tient sans aucune irrégularité. « Les manquements constatés ne portent pas de discrédit au scrutin », a-t-il affirmé.
En rappel, le Conseil de l’Entente regroupe les cinq pays de l’Afrique de l’ouest à savoir le Niger, le Togo, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Bénin.

Ariane SOMDA
(Collaboratrice)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.