Ecole de santé Sciences nouvelles : 127 agents prêts à offrir des « soins de qualité»

Les nouveaux agents de santé se sont engagés à offrir des soins de qualité aux malades.

De nouveaux agents de santé sortis de l’Ecole de santé Sciences nouvelles, ont prêté serment, le samedi 28 novembre 2020 à Ouagadougou. Ils se sont engagés à offrir des soins de qualité aux populations, conformément à leur nom de baptême : «Promouvoir les soins de qualité ».

Ils sont au total 127 agents de santé, toutes filières confondues, fraîchement sortis de l’Ecole de santé sciences nouvelles (ESSN). La cérémonie de sortie de promotion a eu lieu, le samedi 28 novembre 2020 dans l’enceinte de l’établissement à Ouagadougou. Avec comme nom de baptême : «Promouvoir les soins de qualité », ces nouveaux agents se sont résolus à donner le meilleur d’eux-mêmes, une fois sur le terrain. « Nous plaçons cette sortie sous le signe de la qualité des soins», a indiqué le fondateur de l’école, Pr Adama Zida.

C’est la raison pour laquelle, il a prôné la culture de l’excellence dans son établissement, en incitant les étudiants à aller au-delà de la moyenne. Evidemment, ses conseils ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd. Pour preuve, Alimata Sanfo, technologiste biomédicale, a obtenu la plus forte moyenne au niveau national, une fierté pour l’école. « Dès la première année, notre fondateur nous a dit qu’ici, il ne suffit pas d’avoir la moyenne, il faut être excellent », a-t-elle témoigné. Alimata Sanfo et ses camarades ont les yeux rivés sur le test d’intégration, porte d’entrée dans la Fonction publique. Mais pour les intervenants, elle n’est pas la seule issue. Sans langue de bois, Adama Zida a encouragé les nouveaux agents à développer des initiatives personnelles susceptibles de faciliter leur intégration dans la vie professionnelle.

Bien accueillir les malades

Le fondateur de l’école, Pr Adama Zida, prône la culture de l’excellence dans son établissement.

De son avis, il est vrai qu’il faut faire le test d’intégration dans la Fonction publique, mais en attendant, ils peuvent déjà déposer leurs dossiers dans des cliniques ou des hôpitaux. Même son de cloche chez la marraine, Pr Blandine Thiéba. « La Fonction publique ne peut pas absorber tout le monde», a-t-elle signifié. Elle a exhorté ses filleuls à s’associer pour ouvrir leur « boîte », naturellement avec le soutien d’un parrain. Le coparrain de l’évènement, Pr Titinga Joseph Guiguemdé, a échangé avec eux sur le strict respect des règles d’éthique et de déontologie de leur métier. Pour lui, ils ont obligation de garder le secret professionnel et se rappeler si besoin en était, le serment qu’ils ont prononcé.

Sa conviction est que le diplôme seul ne fait pas de quelqu’un, un bon agent de santé. D’après lui, un agent de santé respectueux vis-à-vis des populations, disponible, humble et surtout accueillant, ne peut pas faillir à sa mission. « Un malade bien accueilli est à moitié guéri », a-t-il rappelé. Pour la marraine, Blandine Thiéba, il était de bon aloi qu’elle accepte de parrainer cet évènement. A l’en croire, le jeu en vaut la chandelle. «C’est une joie également d’être marraine parce que notre jeune collègue, le Pr Adama Zida vient d’être promu au grade de maître de conférence agrégé.

C’est une fierté pour nous et nous venons l’encourager dans ce qu’il a initié », a-t-elle souligné. S’adressant à ses filleuls, elle a déclaré : «Dans la mesure où moi-même je suis agent de santé, toute sortie est une occasion d’encourager ces jeunes agents qui vont rentrer dans la vie professionnelle, à exceller ». Revenant sur le nom de baptême, Pr Thiéba a martelé que la plus belle femme au monde ne peut offrir que ce qu’elle a. Comme quoi, c’est illusoire de vouloir tout attendre de l’Etat. « C’est vrai que nous voulons des soins de qualité, mais nos Etats ne peuvent nous donner que ce qu’ils ont », a-t-elle expliqué. Pour sa part, Lassané Bagagné, ancien directeur général des hôpitaux Yalgado-Ouédraogo de Ouagadougou et Souro-Sanou de Bobo-Dioulasso, a félicité les impétrants pour avoir réussi à leur examen avec un taux de succès de 99,21%.

« Ce qui veut dire que l’esprit d’excellence est la chose la mieux partagée à l’école de santé Sciences nouvelles », a-t-il soutenu. De son point de vue, il n’y a pas de raison que ces agents ne réussissent pas à leur mission, vu qu’ils ont déjà fait leur preuve à l’examen national. Toutefois, Dr Bagagné a laissé entendre que les soins de qualité tant recherchés par tous dépendent de plusieurs paramètres, où l’Etat et l’agent de santé ont chacun leur part de responsabilité. Le dernier acte de la cérémonie a consisté à la remise symbolique de diplôme et d’attestation aux élèves méritants.

Ouamtinga Michel ILBOUDO
Omichel20@gmail.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.