Tanghin-Dassouri Chaude journée, après la mort d’un homme

Dans la matinée du mercredi 9 décembre 2020, un jeune homme a trouvé la mort dans la commune rurale de Tanghin- Dassouri. En signe de protestation, la population a barricadé la Route nationale n°1(RN1).

Chaude journée hier 9 décembre 2020 dans la commune de Tanghin-Dassouri, située à l’Ouest de Ouagadougou. En effet, un jeune fermier de 22 ans, du nom de Moussa Zongo, y a trouvé la mort, alors qu’il se rendait à son lieu de travail. Le drame a suscité une indignation au sein de la population de cette localité. Les habitants de la localité, pour exprimer leur mécontentement, ont occupé le commissariat de police dont un agent serait l’auteur présumé de la mort de l’infortuné. Les mécontents ont également bloqué la route nationale n°1, créant une longue file de véhicules, stationnés le long de la voie. Pas de circulation dans les deux sens. A notre arrivée sur les lieux, la tension est palpable. « Nous n’allons pas accepter qu’on tue notre frère comme un poulet. Nous réclamons qu’on nous amène le coupable», s’insurge Moumouni Bougma. « Personne ne passe pour aller aux festivités du 11-Décembre », laissait entendre la foule. Après quelques minutes de négociations, les manifestants délèguent un des leurs pour nous conduire sur le lieu du drame, sur la route de Bingo. Là-bas, la tension est également vive. Des autorités administratives, politiques et judiciaires sont déjà présentes. Une personne ressource, l’ancien premier adjoint au maire, Boniface Nana, joue le médiateur entre les autorités et la population survoltée qui exige qu’on lui ramène le policier présumé coupable. Le frère de la victime, Oumarou Zongo explique : « Ce matin, vers 7 heures, on m’a annoncé que notre frère a été abattu par un policier à quelques pas de sa ferme. Il venait de Pissy en tricycle ». Face au refus de la population de laisser prendre le corps, il affirme : «Notre frère est déjà mort, je demande qu’on laisse enlever son corps». La victime travaillait pour le compte d’une dame, Azarata Soré. Celle-ci en sanglots affirme avoir été informée de la mauvaise nouvelle par son fils.
« C’est ainsi que j’ai couru pour venir constater. J’ai trouvé le corps allongé sur le sol», regrette-t-elle. Pour le maire de Tanghin-Dassouri, Lassané Kiemtoré, c’est un désastre. Après plus d’une heure d’échanges avec les manifestants, la médiation porte fruits.
Le corps est enlevé pour la morgue aux environs de 14h 30 mn. « Nous demandons à la population de prier pour qu’un tel évènement ne se reproduise plus jamais ici et au Burkina Faso. L’on se rappelle qu’une situation similaire s’est déjà produite ici, il y a quelques années. Mais nous disons que justice sera faite », soutient le maire.
Il poursuit : « Avec le substitut du procureur ici présent, nous sommes en train de prendre des dispositions nécessaires pour que justice soit rendue ». Il pense que le ministère de la Sécurité doit interpeller les policiers pour que le contrôle se fasse autrement. Présentes, les autorités policières et judiciaires que nous avons approchées, n’ont pas voulu s’exprimer sur ce drame qui venait de se produire. Néanmoins, elles ont promis qu’un communiqué sera fait dans ce sens. Mais au moment où nous mettions cet article sous presse, aucun document n’était parvenu à notre Rédaction.

Sidgomdé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.