5e Recensement général de la population : 20,5 millions de Burkinabè dénombrés en 2019

Les résultats provisoires ont été présentés par le directeur général de l’INSD, Boureima Ouédraogo.

L’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) a présenté, le mardi 22 décembre 2020 à Ouagadougou, les résultats préliminaires du 5e Recensement général de la population et de l’habitation.

L’effectif global de la population résidente du Burkina Faso est de 20 487 979 habitants. Les femmes représentent 51,7% et les hommes 48,3%. 15 millions de Burkinabè vivent en milieu rural contre 5, 398 millions en ville. Par ailleurs, la pyramide des âges reste élargie à la base et effilée vers le sommet et 45% de la population à moins de 15 ans. C’est la substance des résultats préliminaires du 5e Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH), réalisé en 2019 et présenté par l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) le mardi 22 décembre 2020, à l’occasion de la journée africaine de la statistique.

Selon le directeur général de l’INSD, Boureima Ouédraogo, les statistiques recueillies montrent que la croissance moyenne annuelle de la population reste forte autour de 2,93%. M. Ouédraogo a aussi indiqué qu’un ménage sur six est dirigé par une femme au Burkina Faso. Pour le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), Lassané Kaboré, en dépit de leur caractère provisoire, ces résultats sont d’une grande utilité particulièrement pour l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi des politiques, programmes et projets de développement.

« Le gouvernement attendait ces résultats pour actualiser les indicateurs permettant de mesurer les progrès réalisés dans la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), des objectifs de développement durable et procéder à l’élaboration du nouveau référentiel de développement national 2021-2025 ainsi que d’autres stratégies sectorielles de développement », a-t-il poursuivi. Le ministre Kaboré a, à l’occasion, remercié les partenaires au développement du Burkina pour leur appui dans la réalisation du 5e RGPH

Le ministre en charge de l’économie, Lassané Kaboré, a invité l’INSD à poursuivre les travaux afin de fournir dans les meilleurs délais les résultats définitifs.

La représentante de Auguste Kpognon, représentant-résident de l’UNFPA au Burkina a déclaré que la présence de l’UNFPA à la présentation des résultats provisoires marque l’engagement de l’institution à soutenir le Burkina dans la production de données statistiques, sociodémographiques et économiques fiables. Pour elle, deux enseignements se dégagent des résultats préliminaires, à savoir l’importance d’investir dans l’autonomisation des femmes et la capture du dividende démographique. « Le RGPH doit être un atout pour que chaque Burkinabè soit pris en compte »,
a-t-elle expliqué.

Le gouverneur de la région du Sud-Ouest, Emmanuel Zongo, s’exprimant au nom de l’ensemble des gouverneurs s’est réjoui de l’effectivité du recensement de 2019, malgré la contrainte majeure qu’est l’insécurité dans certaines régions. « Nous avons été fortement associés et nous souhaitons que les principaux indicateurs soient le socle des politiques de développement à la base », a-t-il commenté.

Le dénombrement de la population, s’est déroulé du 16 novembre au 15 décembre 2019. Il a été suivi d’actions de ratissage courant janvier 2020 pour s’assurer de la complétude du dénombrement à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, puis d’une enquête post-censitaire d’évaluation de la couverture du recensement en juin 2020. Le DG de l’INSD a annoncé les résultats définitifs pour le mois de mai 2021. La collecte numérique des données et l’utilisation d’images satellitaires pour l’estimation des communes partiellement recensées ou non constituent les innovations
du 5e RGPH.

Nadège YE


« Nous sommes satisfaits du dénouement positif de cette opération », Premier ministre

Présent à la cérémonie de présentation des résultats provisoires du 5e RGPH, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré a exprimé sa satisfaction :« Lorsque je lançais l’opération du 5e Recensement général de la population et de l’habitation en septembre 2019, beaucoup ne croyaient pas aux résultats. Le contexte sécuritaire était extrêmement difficile et on était étonné de voir que le ministère de l’Economie des Finances et du Développement lançait une opération qui concernait l’ensemble du territoire du pays. Aujourd’hui le résultat est là et nous ne pouvons qu’être heureux et satisfaits du dénouement positif de cette opération.

Les statistiques font partie des instruments de planification du développement dans notre pays. Nous allons profiter de l’occasion pour exploiter au maximum les données préliminaires qui nous ont été communiqués. Je voudrais saisir l’occasion pour féliciter l’INSD, le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement et tous les partenaires qui nous ont accompagnés dans cette opération. Il y a des indicateurs extrêmement importants qui montrent que nos politiques publiques doivent aujourd’hui porter principalement sur l’autonomisation des femmes et sur le développement de la jeunesse. La population est constituée essentiellement de jeunes et de femmes et nous devons accorder une part importante des efforts de développement aux couches les plus vulnérables ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.