Approvisionnement en eau potable:l’Arabie Saoudite et la Chine signent deux conventions

Le ministère de l’Eau et de l’Assainissement a organisé une cérémonie de signature de deux conventions avec le Royaume d’Arabie Saoudite et la Chine, le 28 décembre 2020, à Ouagadougou.

Le Burkina Faso poursuit ses actions de développement dans le sous-secteur ‘’eau et assainissement’’. Le pays a signé à travers le ministère de l’Eau et de l’Assainissement (MEA), deux contrats avec la société chinoise CGCOC Group et l’entreprise saoudienne Projets House Engeenering Consultancy and EDS International. Le premier contrat commercial signé avec CGCOC Group entre dans le cadre du projet de renforcement du système d’approvisionnement en eau potable des villes de Bagré (Dirlakou), Bittou, Tenkodogo et Garango à partir du barrage de de Bagré. Il prévoit la construction d’une nouvelle station de traitement d’eau potable d’une capacité de 25 000m3/j au niveau du barrage de Bagré, la réalisation de quatre nouveaux châteaux d’eau d’un volume total de 4300 m3, la pose d’un pipeline de distribution d’eau propre entre l’usine d’eau et les quatre villages et la construction d’un nouveau centre de distribution d’eau à Tenkodogo. D’un coût total de 33 377 784 039,15 francs CFA, le financement du projet sera assuré par un prêt concessionnel auprès d’Exim Bank Chine d’un montant de 31 194 190 693,16 francs CFA et l’Etat burkinabè pour un montant de 2 183 593 345,99 francs CFA. Les travaux seront exécutés par la société chinoise CGCOC Group en collaboration avec l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA). Avec un délai d’exécution de 30 mois, le projet vise l’approvisionnement en eau potable de façon durable et conséquente au profit des habitants de ces quatre localités. « Ce projet témoigne de l’excellence des relations entre la République populaire de Chine et notre pays ainsi que notre attachement commun au développement du Burkina Faso et à la satisfaction des besoins et des droits fondamentaux de nos populations à la base », a déclaré le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo. Le deuxième contrat signé avec Projets House Engeenering Consultancy and EDS International est un contrat de service pour le suivi-contrôle des travaux du Programme saoudien de forage, de puits et de développement rural en Afrique (PSFA), phase V. L’objectif global du programme est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales dans les régions des Hauts-Bassins et des Cascades à travers la réalisation de 100 forages équipés de pompes à motricité humaine et 10 systèmes d’adduction d’eau potable. A termes, 65 000 personnes supplémentaires seront desservies en eau potable. D’un coût de 196 350 000 francs CFA, il s’agira pour l’ingénieur-conseil, de préparer et analyser les dossiers d’appel d’offres, la réalisation des études et la supervision de l’ensemble des travaux du Programme. D’une durée de quatre ans et d’un coût estimatif de 3 435 000 000 francs CFA, le programme sera financé à hauteur de 3 000 000 000 francs CFA par la partie saoudienne sous forme de don à l’Etat burkinabè, soit 93,64% de son coût global et une contrepartie nationale de 407 000 000 francs CFA. « Je voudrais exhorter l’ingénieur-conseil à une responsabilité soutenue et au respect des clauses contractuelles afin d’assurer la disponibilité des ouvrages en temps voulu, mais aussi la durabilité des investissements par une sélection rigoureuse des prestataires et par un suivi à pied d’œuvre permanent des travaux », a dit le ministre.

Gaspard BAYALA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.