Ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes

Du 11 novembre au 1er décembre 2020, le comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations du Forum national des jeunes (FNJ), tenu en septembre 2019 à Bobo-Dioulasso (Hauts-Bassins), s’est plié à un exercice républicain de redevabilité à travers des ateliers de zone qui ont réuni des dizaines de représentants des jeunes venant de toutes les provinces du Burkina Faso.
Il s’est agi pour le comité au cours de ces rencontres de restituer les recommandations du forum national des jeunes, édition 2019 d’une part et d’autre part de faire le point de leur état de mise en œuvre.
Ce forum avait pour thème : « Rôle et responsabilité de la jeunesse dans l’édification d’une nation unie, prospère et émergente dans un contexte de lutte contre l’insécurité ».
Les représentants des jeunes de la zone I (le Centre-Est, l’Est, le Centre-Sud) se sont retrouvés à Tenkodogo pour les travaux tandis que ceux de la Zone II ( le Centre-Nord, le Plateau-Central et le Sahel) étaient à Kaya. A Koudougou, ce sont ceux de la zone III (le Centre-Ouest, la Boucle du Mouhoun) alors qu’à Bobo-Dioulasso ce fut au tour de ceux de la zone IV (les Hauts-Bassins, les Cascades, le Sud-Ouest). Ouagadougou a abrité, pour le compte de la zone V, l’atelier des régions du Centre et du Nord.
Au cours de ces différents ateliers les jeunes ont échangé avec les membres du comité de suivi et fait des suggestions pour un meilleur suivi de la mise en œuvre de leurs recommandations.
Selon le président du Conseil national de la jeunesse du Burkina Faso, Moumouni Dialla, « c’est la première fois depuis 2005, date du premier forum national des jeunes, qu’un comité de suivi voit le jour pour évaluer la mise en œuvre des conclusions d’un forum ». M. Dialla s’est réjoui de cette initiative, « gage de l’importance que les autorités nationales accordent à la Jeunesse ». Il a appelé ses camarades à rester « mobilisés pour une mise en œuvre exhaustive des recommandations », estimées à près d’une soixantaine.
Le gouverneur de la région du Centre-Nord, Monsieur Casimir B. Segueda, a indiqué que cet atelier « est l’affirmation de la volonté et de l’engagement des plus hautes autorités du pays, à placer les jeunes au cœur de l’action gouvernementale, afin de faire d’eux non seulement des bénéficiaires, mais surtout des acteurs clés du développement de la nation ».
Monsieur Ségueda a reconnue qu’en l’espace d’un an toutes les recommandations ne peuvent être mises en œuvre. Il a rassuré les jeunes de la volonté du gouvernement à réunir les moyens nécessaires à cet effet. Aussi les a-t-il invités à faire preuve d’indulgence et de compréhension afin de garantir la paix et la stabilité, condition sine qua non pour un développement participatif.
Au nombre des recommandations dont la mise en œuvre est actée, il y a, en matière de volontariat, l’élaboration en cours avec l’appui de partenaires techniques et financiers (PTF), d’un nouveau projet intitulé « Jeunes et femmes volontaires engagés pour le développement économique et social du Burkina Faso » qui vise à mobiliser 100 000 volontaires par an contre un millier actuellement.
Des recommandations spécifiques ont été faites sur l’élaboration d’une politique nationale de la jeunesse (PNJ). Un plaidoyer est fait pour disposer d’une PNJ dans le prochain référentiel de développement du Burkina Faso en cours d’élaboration. Sur l’implication de l’Etat dans la protection des jeunes engagés à coopérer avec les forces de défense et de sécurité, il existe des mécanismes de protection des citoyens engagés à coopérer avec les forces de défense et de sécurité dont les jeunes. Quant aux recommandations à caractère régional, de nombreux acquis sont également engrangés, selon le bilan fait par le comité de suivi des recommandations du FNJ 2019, au cours de son périple.
Le ton est donné au niveau gouvernemental par la mise en place de ce comité de suivi des recommandations du FNJ 2019 à travers l’arrêté n°2020-045/MJPEJ/CAB du 13/03/2020, composé d’un superviseur, d’un président, de deux rapporteurs et de plusieurs membres venant du Conseil national de la jeunesse du Burkina Faso (CNJ-BF), de la Présidence du Faso (PF), de la Primature, de l’Assemblée nationale (AN) et des ministères et institutions concernés par la mise en œuvre des recommandations.
Il reste à présent aux jeunes à mériter toujours de la confiance et de l’espoir placés en eux, tant par les dirigeants du pays que par la population burkinabè dans son ensemble. Et cela, en faisant constamment preuve de responsabilité, d’engagement de créativité et de résilience dans leur contribution au développement socio-économique du Burkina Faso.
En rappel, ce comité a vu le jour sur instruction du Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, à l’issue des échanges directs qu’il a eu avec les jeunes à la clôture du forum tenu du 18 au 21 septembre 2019 à Sya.

Alassane NEYA
DCPM Ministère de la Jeunesse
et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.