Société des mines de Sanbrado : Les fournisseurs locaux outillés sur le plan d’achat local

Le haut-commissaire (milieu) a félicité la SOMISA pour l'initiative de l'atelier.

La Société des mines de Sanbrado (SOMISA) a organisé un atelier de communication sur le plan d’achat local avec ses fournisseurs, sous-traitants et partenaires locaux, le mercredi 2 décembre 2020, à Boudry dans la province
du Ganzourgou.

L’exploitation minière est en plein essor au Burkina Faso. Selon le ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, pour leurs besoins en biens et services, les sociétés minières collaborent avec plus de 500 entreprises burkinabè avec une contribution estimée à plus de deux milliards de dollars entre 2010 et 2012. Cependant, force est de constater que les entreprises locales n’arrivent pas à satisfaire plus de 20% de la demande. Pour changer la donne et permettre aux fournisseurs locaux de bénéficier des retombées de la mine, la Société des mines de Sanbrado (SOMISA), filiale de la société australienne West african resources a élaboré un plan d’achat local. D’où l’organisation d’un atelier de à l’endroit de ses collaborateurs, le mercredi 2 décembre 2020 à la mairie de Boudry dans la province du Ganzourgou.

L’atelier de communication vise à informer les fournisseurs locaux sur l’existence du plan d’achat local et à les sensibiliser aux exigences des sociétés minières et les opportunités d’affaires qui s’offrent à eux dans le secteur minier. Suivant une présentation faite par la chargée des achats locaux à SOMISA, Amandine Bonkoungou, les participants, il a été question de l’impact des projets miniers sur les communautés, les objectifs du Plan d’achat local, son champ d’application et les grandes lignes de sa mise en oeuvre. Dans le processus des achats locaux, la SOMISA procède par l’évaluation du potentiel local, l’évaluation des besoins d’achat puis fixe les mécanismes et stratégies pour les achats. Elle procède aussi par le renforcement des capacités des entreprises et fournit périodiquement des rapports sur les achats locaux.

Selon Amandine Bonkoungou, des défis restent à relever dans ce processus et c’est pourquoi elle a invité les entreprises à être innovantes dans la fourniture des biens et services. L’Alliance des fournisseurs burkinabè de biens et services miniers (ABSM) est intervenue pour présenter la structure aux participants et communiquer sur les exigences des sociétés minières. Pour Mme Déborah Yaméogo, outre les exigences de base ( RCM IFU, CNSS…), les sociétés minières sont très exigeantes en matière de qualité, de quantité et de prix des biens et services. A l’en croire, il y a des avantages pour les entreprises qui s’y soumettent.

Les fournisseurs et partenaires de la SOMISA ont répondu massivement à l’invitation.

C’est pourquoi elle a invité les fournisseurs locaux à fournir des efforts dans le respect de ces exigences pour mieux profiter de la mine. Pour donner plus d’entrain aux participants, M. Kibsa Sawadogo de l’entreprise « Tout-terrain » (ATS) a été invité à partager l’expérience de son entreprise en matière de fourniture de biens et services à SOMISA. Mme Aïda Tamboura de l’Association des femmes du secteur minier (AFEMIB) a, dans son exposé sur la participation des femmes dans l’approvisionnement local a invité la mairie et la SOMISA à accompagner les femmes dans leurs activités génératrices de revenus pour qu’elles puissent profiter des opportunités qui leur sont offertes.

Les participants se sont réjouis de cette rencontre et ont posé le maximum de questions pour une meilleure compréhension des démarches pour être un fournisseur de la mine. Pour le maire de la commune de Boudry, Djibril Zoéringré, cet atelier est le signe du renforcement de la collaboration entre la SOMISA et les communautés locales. C’est pour lui la preuve que la SOMISA veut que les communautés locales profitent des
retombées de l’exploitation aurifère. Il a souhaité que les fournisseurs locaux puissent bénéficier de marchés pour la fourniture de biens et services. Pour le conseiller spécial du président du Faso, Issa Dominique Konaté, par ailleurs chargé des questions de mines et carrières, l’État s’investit pour que les sociétés minières en activité au Burkina puissent acheter le maximum de produits locaux.

Il a invité les producteurs burkinabé à s’organiser et à se professionnaliser pour être aux normes des exigences que les sociétés minières réclament. Le haut- commissaire, Ambroise Ouédraogo, a salué l’initiative de la SOMISA. Pour lui, le véritable impact du secteur minier réside dans la création d’une expertise locale au niveau de la main-d’œuvre avec pour objectif, la création d’effets multiplicateurs sur les acteurs des autres secteurs et l’établissement du Burkina Faso comme pays exportateur d’expertises en Afrique et ailleurs. « Il est judicieux que toutes les entreprises du secteur adoptent un comportement volontariste dans la promotion des capacités locales », a-t-il conclu.

Moïse SAMANDOULGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.