Planification du développement: GT/SR plaide pour être intégré dans les cadres régionaux de dialogue

Le Groupe technique santé de la reproduction (GT/SR) a organisé le 30 décembre 2020 une rencontre de plaidoyer auprès des directeurs régionaux des ministères en charge de la planification, de l’éducation, des droits humains et de la femme. L’objectif est de plaider pour l’intégration de ses structures membres dans les cadres de dialogue au niveau régional afin de mettre en place une initiative d’engagement citoyen.

Le Groupe technique santé de la reproduction (GT/SR) veut mettre en place une initiative d’engagement citoyen. Pour se faire, il a organisé en collaboration avec le secrétariat technique chargé de l’accélération de la transition démographique (ST/ATD) et la direction générale de l’économie et de la planification une rencontre de plaidoyer auprès des directeurs régionaux des ministères en charge de l’économie, de l’éducation, des droits humains et de la femme. Le GT/SR plaide pour la participation de ses membres au cadres de dialogue régionaux. Cela pour parvenir à la mise en place de l’initiative d’engagement citoyen.  Celle-ci va développer des actions visant à renforcer la participation et l’implication des acteurs de la société civile à la définition, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des politiques publiques notamment en matière de promotion de l’accès des populations aux services de la sante de la reproduction.

Pour le représentant du directeur général de la direction générale de l’économie et de la planification, Mahamadou Bokoum, qui a ouvert les travaux de la rencontre,  la planification du développement constitue une étape charnière  dans le processus du développement de tout pays. Il soutient que l’implication des principaux acteurs dans ce processus est un gage d’une bonne planification et d’une réussite dans sa mise en œuvre.

« Au plan national et régional, des instances de suivi et d’évaluation des grandes orientations et politiques de l’Etat ont été instituées afin de s’assurer de la marche harmonieuse des différentes politiques. Ces instances constituent des cadres pour mesurer les progrès accomplis et apporter les mesures correctives », a –t-il précisé. M Bokoum a invité les acteurs à réfléchir sur comment optimiser les compétences diversifiées du GT/SR dans les cadres de dialogues au niveau local pour qu’il puisse accompagner les pouvoirs publics dans la mise en œuvre des politiques publiques.

Toute chose que partage, le chef de fil du GT/SR, Séraphin Simpliste Toé, selon lui, les préoccupations sont communes et basées sur la recherche du bien-être des populations.  « Nous fondons l’espoir que nous trouverons des passerelles de collaboration, à travers notamment notre implication dans les cadres de concertation où nos organisations membres pourront apporter une touche « droits en santé sexuelle et de la reproduction » dans la conception, la planification et la mise en œuvre des politique et programme de développement », a indiqué M Toé. Aussi, a-t-il ajouter, les membres du GT/SR dispose d’une expertise certaine en la matière et ils mènent au quotidien des activités sur le terrain qui constituent autant d’occasions de collecte pouvant alimenter la réflexion pour une planification inspirée du vécu des populations.

B. S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.