Promotion du genre au Nord et Centre-Nord Neer-Tamba autonomise des femmes

Le Réseau des journalistes et communicateurs pour la promotion du genre (RJPG) a sillonné, les 28 et 29 décembre 2020, les régions du Nord et du Centre-Nord. Les membres dudit réseau sont allés constater la prise en compte du genre dans la mise en œuvre du projet Neer-Tamba.

Les membres du groupement féminin solidaire sis au secteur n°5 de Ouahigouya se réjouissent de plus en plus de leur prospérité économique. Spécialisées dans la fabrication de savon, elles ne cessent de remercier le projet Neer-Tamba qui a été le déclic de leur autonomisation économique. Depuis qu’il a reçu la subvention d’un million F CFA de Neer-Tamba ses capacités de production se sont accrues. « Grâce à notre contribution de 100 000 F CFA, notre association a reçu un financement de 1 000 000 F CFA de la part du projet Neer-Tamba. Le groupement a pu s’offrir du matériel d’un montant de 380 000 F CFA et de la matière première à hauteur de 620 000 F CFA pour la production de savon, d’huile et de pommade à base de produits forestiers non ligneux», s’est réjouie la présidente du groupement féminin solidaire, Souwado Zoundi. Aujourd’hui, affirme Mme Zoundi, elles sont 18 femmes qui tirent leurs revenus de la production de savon. «Le genre est pris en compte dans les différentes activités du projet », soutient le chargé de l’animation et de la communication du projet Neer-Tamba à la chambre régionale d’agriculture du Nord, David Ouédraogo. Ainsi, Neer-Tamba a pu financer plus de 1600 micro-projets, 400 plans de développement d’entreprises, aménager plus de 500 hectares de bas-fonds et permis la récupération de milliers d’hectares de terre et l’alphabétisation de plus de 3000 personnes. C’est ce qui a été dit aux membres du Réseau des journalistes et communicateurs pour la promotion du genre, lors de leur caravane, les 28 et 29 décembre 2020, les régions du Nord et du Centre-Nord. Le projet de gestion participative des ressources naturelles et de développement rural du Nord, Centre-Nord et Est (projet Neer-Tamba), financé par le Fonds international de développement de l’agriculture (FIDA), a intégré dans son action, la promotion du genre, a confié, David Ouédraogo. Lors de leur périple, les caravaniers ont visité aussi la coopérative Sidlawendé située au secteur n°5 de Ouahigouya. Elle produit de la farine infantile à base de céréales locales, des granulés de gingembre,….La coopérative a reçu une subvention de deux millions F CFA de Neer-Tamba. Les membres ont témoigné que cela leur a permis d’augmenter leurs capacités de production. « Nous avons appris que le projet Neer-Tamba soutient les micro-projets. Après avoir déposé notre demande, nous avons obtenu un financement de 3 000 000 F CFA. Par mois chaque membre du groupe perçoit une somme de 30 000 F CFA. Nous sommes heureuses, car chacune arrive à répondre aux besoins de sa famille. Nous demandons au projet de nous aider avec du matériel pour agrandir notre entreprise et employer d’autres femmes », a signifié la représentante de la coopérative, Sarata Sawadogo. Le lendemain, 29 décembre 2020, les caravaniers se sont rendus au Centre-Nord. A Kaya, les journalistes ont rencontré les membres de la coopérative simplifiée « Lafi La Bumbu ». Spécialisée dans la transformation du baobab depuis 2013 à Kaya, sa présidente Coumbou Ouédraogo a indiqué qu’avec la subvention octroyée par Neer-Tamba, la coopérative a pu s’offrir du matériel de transformation agro-alimentaire et bénéficié de suivi.
« Tout était en inox : marmites, pasteurisateurs, capsuleuses pour fermer les bouteilles, une table pour déposer les bouteilles et deux presses à fruit », dit-elle. Elle a ajouté : « Le matériel était suffisant. D’autres projets nous ont rendu visite et quand ils ont vu l’équipement que Neer-Tamba nous a donné, ils ont décidé de le compléter ». La promotion du genre et le ciblage des bénéficiaires de Neer-Tamba sont basés sur une discrimination positive au profit des femmes et des jeunes. La preuve, pour le financement des projets, la contribution des femmes et des jeunes varie de 5 à 10%, or celle des hommes et adultes tourne autour de 20%. Bassirou Bismoaga est aviculteur. En 2019, il a bénéficié d’une subvention de 900 000 F CFA de Neer-Tamba. Cette aide lui a permis d’accroître son activité. « Je suis éleveur depuis 2016. J’ai débuté le travail avec mes propres fonds. Le soutien financier m’a permis d’augmenter ma production. J’ai pu acheter des parcelles…J’ai également 4 employés », a témoigné le jeune aviculteur. « Nous voulons que l’œil extérieur voit et que les populations soient informées de la réalisation du projet d’envergure et apprécient le changement réel sur la vie des ménages et sur les personnes vulnérables», le responsable genre et ciblage du portefeuille FIDA au Burkina Faso, Souleymane Paré. Pour lui, c’est aussi une aubaine pour permettre de savoir qu’il y a des méthodes pour réduire les disparités entre l’homme et la femme, les inégalités qui existent entre les jeunes et les adultes en milieu rural. Après 6 ans de mise en œuvre, le taux de réalisation des activités du projet Neer-Tamba est à 84,15%.

Abdel Aziz NABALOUM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.